Les complexes

Les complexes

8 | 2320 Consultations

«  J’ai des bourrelets, de grosses fesses, des petits seins, des bras flasques, de la bedaine, un trop petit pénis, une musculature trop frêle », qui ne se reconnait pas dans ces affirmations ? D’un point de vue psychologique, le complexe se traduit par une focalisation sur un défaut réel ou imaginaire et la personne complexée entretient une image déformée d’elle-même. On distingue plusieurs types de complexes : physiques, psychiques (manque de culture, d’intelligence ou de vivacité d’esprit), sociaux (patrimoine, argent, profession, origines). Nous aborderons dans cet article essentiellement les complexes physiques. Pourquoi a-t-on des complexes ? Quels peuvent être les impacts sur la vie sexuelle ? Comment s’en débarrasser ? Nous allons tenter d’y répondre.

 

D´où viennent les complexes ?

Les complexes naissent de comparaisons. Autrefois on se comparait à l’entourage proche (les parents, les voisins). Désormais, outre des comparaisons avec des amis, collègues ou des stars, les complexes s’articulent beaucoup  autour d’ images véhiculées par les médias, qui contribuent malheureusement à exacerber un sentiment d’infériorité. C´est une constatation, la femme vieillissante n'est pas vraiment valorisée dans notre société,  si bien qu´inconsciemment, certaines arrivent à être persuadées que les signes de l'âge minent leur beauté et leur pouvoir de séduction. On peut noter également que les personnes complexées ont une prédisposition au perfectionnisme et refusent inconsciemment de faire partie de la moyenne. Inutile pourtant de vouloir se comparer aux vedettes de tapis rouges qui disposent  de tout le temps et de l´argent nécessaire pour entretenir leur beauté et leur jeunesse éternelle, c´est de la perte d’énergie. Lorsque les complexes tournent à l´obsession et deviennent pathologiques, on parle de dysmorphophobie :  cela se traduit par la peur d’exposer les « difformités » de son corps et l’incapacité de voir et d´accepter son corps tel qu’il est . On s´interdit alors d´aller à la plage ou à la piscine, on se replie sur soi-même et cet état peut mener à la dépression.  Il est impératif de se faire aider et de travailler sur l’estime de soi.

 

Les complexes sous la couette

Poignées d’amour, bourrelets disgracieux, seins qui pendent, quand les complexes s’immiscent dans notre vie intime, c’est mallheureusement le plaisir qui en pâtit ! À la ménopause, il est difficile pour les femmes d´échapper à ces changements physiques et de les accepter : cela se traduit par des angoisses, voire de gros blocages. Ainsi plutôt que de focaliser sur leur plaisir lors de rapports sexuels, elles focalisent leur attention sur leurs complexes physiques et oubient de savourer pleinement le moment présent.  Quel dommage ! Pourtant il paraitrait que les hommes trouvent plus sexy une femme enthousiaste qui envoie des signaux de sensualité et de désir tels des gestes coquins ou un sourire malicieux, plutôt qu´une femme obsédée par ses kilos en trop ! Qu´en est-il des Messieurs ? Outre une fixation sur la taille de leur sexe (la faute aux producteurs de films pornos qui recrutent des acteurs au sexe surdimensionné), ils sont complexés par la perte de leurs cheveux, la prise de ventre, le manque d´endurance ou de pectoraux bien dessinés.  Quelques remèdes pour masquer ses défauts dans l´intimité : Misez sur certaines positions qui avantagent, et optez pour des stratégies d'évitement rassurantes. Exemple : dans une lumière tamisée, garder un vêtement ou adopter une position bien pensée pour dissimuler une partie de votre anatomie. Choisissez de la lingerie adaptée, certaines pièces « trompe l’œil » attireront l’attention de votre partenaire sur vos atouts et dissimuleront habilement vos complexes. Attention néanmoins à ne pas vous accrocher à ce genre de rituels confortables qui conduiront un jour ou l´autre à un manque de « spontanéité » au lit.

 

Remédier aux complexes

Est-ce si grave de ne pas faire la couverture de ELLE ou de Vogue ? Non, il faut renoncer à vouloir plaire à tout le monde et la meilleure solution réside dans l’acceptation de ses imperfections. Plutôt que de dépenser une énergie folle à détester son image, pourquoi ne pas tenter de l'apprivoiser ? Par exemple en transformant ses différences en atouts et en se focalisant sur ce que l’on a de bien. Prendre soin de soi afin de rester au mieux de sa forme physique et se sentir belle/beau est une manière de remédier aux complexes. Faire de l’activité physique joue énormément sur le moral et on se sent tellement bien après avoir fait travailler son corps, c´est quelque chose de positif qui nous ferait presque oublier nos complexes ! Est-on moins complexé en vieillissant ? On a beau entendre qu'avec l'âge vient la sagesse, il y a certaines caractéristiques de la vieillesse dont on se passerait bien, n´est-ce pas ?  Pourtant certains se sentent mieux dans leur peau en prenant de l´âge. Il n´essaient plus comme avant d´essayer à tout prix de plaire aux autres, en tenant compte de leur avis. Ils n´ont que faire du jugement des autres et une remarque désobligeante les fait même sourire.

Pour finir, gardons à l’esprit que le charme naît de l’oubli de soi et que l'élégance et la joie de vivre créent autour de nous un halo de beauté, alors arrêtons de focaliser sur ce que nous aimons le moins en nous, au contraire, mettons en valeur ce que nous avons de plus beau !

 

Et vous, oseriez-vous nous parler de vos complexes ? Si oui, quelle est votre stratégie pour y remédier ? Vos expériences nous intéressent.

 

Photo © Fotolia – nito 

Betty_Nelly, 02/22/2018

news44
1 | 02/26/2018, 21:04

non plus de complexes , j'ai décidé de m'accepter tel que je suis , en vivant l'instant présent en riant de tout , même de moi.. bises à toutes et tous. Yves

greta21
1 | 02/23/2018, 16:03

merçi a betty nelly pour cet article comme toujours très interessant ,a chaque article quelqu'un au moins se reconnait
ceci dit je trouve que ,bien évidemment en vieillissant nous y attachons moins d'importance
la société actuelle est une société du paraitre, il faut être beau ,riche !ou le paraitre) belle situation et tout et tout!!!
pour les jeunes je pense qu'ils sont obliges de tenir compte de tout cela
mais lorsque l'on n'est plus dans la vie professionnelle, il y a tant d'autres valeurs!morales intellectuelles etc...
et puis il n'y a qu'a regarder une personne handicapée de quelque façon que ce soit
alors nous nous trouveront tous très bien
je n'ai pas de complexes ,je suis comme je suis et cela me suffit
merci encore a toute l'equipet

hommeseul
1 | 02/22/2018, 22:11

Tiens .... curieux !!!
Beaucoup de femmes ... et peu d'hommes ! pour les réponses .
Donc ... (on va faire ... en gros) ... je me contrefiche des complexes ... surtout féminins car plus de la moitié ne sont que des "ressentis" parfois bien loin de la vérité.
Pour la moitié restante ... ça tombe bien ...
il y a des hommes qui aiment les "petites", ou les "grandes" ... ou les "maigres" ... ou les "dodues" ... ou les blondes, ... ou les brunes, les rousses, les sportives ou les "calmes" ...
et tout le monde y trouvera son compte ...
Ben vi ... c'est comme ça !!

Quand j'étais petit ... je n'étais pas grand ... ça vous dit quelque chose ?
Moi ça m'est resté ... je ne suis pas grand ... loin s'enj faut !!
J'en ai fait un vrai complexe ... gamin ...
puis ... l'époque "Gachassin" ... j'aime le rugby et j'en ai fait ...
je courrais vite, très vite et j'ai été un bon N° 2 !!!
Ensuite ... dur de démarrer sa vie pro avec 10cm de moins que les autres (que 1,67) surtout dans mon métier ... alors on compense un peu par le coté "grande gueule" ... puis par le travail, puis par la finesse ...
et au bout d'un moment ... le complexe il a

carard
2 | 02/22/2018, 20:02

Je n'ai pas de complexe mais j'en ai tout plein ! Oui, en tant que femme, nous en avons tout plein ! Peur de grossir, peur de ne plus plaire, peur des rides qui nous vieillissent et sans parler du sexe qui nous diminue avec la ménopause...Et les lunettes, et l'appareil dentaire et les appareils auditifs... Alors oui, je suis complexée !

Edel13
3 | 02/22/2018, 19:20

Je crois qu'en vieillissant, j'ai arrêté de psychoter.
Je suis comme je suis et le tout c'est que je m'accepte "moi", mon enveloppe suivra de toute façon -elle a pas le choix ^^-

Ceux que pensent les autres, ne m'a jamais trop travaillé, mais aujourd'hui encore moins qu'avant.

Candice34
2 | 02/22/2018, 18:27

coucou les copines
nous pouvons toutes ou tous avoir des complexes ...De taille...De prises de poids dû à nos grossesses, la ménopause , l' âge.......
Personnellement ,je me sens bien dans ma peau
je ne suis pas parfaite....Pas de taille mannequin... Un atout majeur :avoir une bonne santé ...De beaux enfants....Disons le : chacune de nous avons de beaux atouts que nous savons mettre en valeurs...
1-Les cheveux qui sont une des choses que l on remarque en premier....
2- le regard ,le sourire et la bonne humeur qui font oublier nos petits défauts...
3-La façon de s' habiller pour cacher nos rondeurs
nos petits ou gros seins...
Comme le dit si bien Catherine... .La femme est belle....
soyons heureuse d' être tout simplement une femme.....
Bisous
candice

belinda59
1 | 02/22/2018, 18:20

bonjour Betty et toute l'equipe, c'est surtout quand j'etais plus jeune que j'avais des complexes par rapport a ma maigreur, plate comme une limande, tous les regimes etaient pour maigrir, pas un pour grossir, mais a 35 ans je me suis bien rattrappée et les kilos aussi, maintenant avec l'age, a bas les complexes, on est comme on est vis a vis des autres, le plus important c'est la santé, bisous a vous toutes

Ebbie34
3 | 02/22/2018, 18:06

Merci Betty_Nelly !!

Ouii, nous avons tous des complexes, justifiés ou pas :)

Avec l'âge, j'accepte mieux les miens !!

Mais comme, un homme, qui nous aiment, nous trouve toujours la + belle...
j'arrête de me faire du mauvais sang :)
et je profite de la vie...lol

BisouS Ebbie34

Betty_Nelly
3 | 02/22/2018, 16:57

@mayah12 : à vous lire, je me demande si nous sommes entre adultes !
Comme vous le dites justement, TOUTE LE MONDE a plus ou moins des complexes, même les auteurs de des railleries dont vous parlez. D'ailleurs la malveillance est un signe de faiblesse, mais ne nous éloignons pas du sujet.

J'ai moi-même de nombreux complexes et curieusement je n'ai pas peur d'en parler. Je n'accepte plus mon corps et c'est maladif puisque je me prive - entre autres - des joies de la baignade. J'ai une maladie de peau qui s'est développée au niveau de mon séant depuis une séance de chimiothérapie, à cela s'ajoutent les kilos pris à la ménopause, bref je me force à faire du sport pour me sentir un peu mieux;-)

biloum
2 | 02/22/2018, 14:10

Tout à fait d'accord avec Mayah12 ...Ici ou dans la vie, avouer son ou ses complexe(s) c'est forcément avouer une faiblesse qui , selon, peut être utilisée...à mauvais escient...
Je n'ai nullement envie que l'on appuie là où cela fait mal...........donc JOKER, MOTUS , SECRET DEFENSE !