Les hommes et la pilosité

Les hommes et la pilosité

5 | 2406 Consultations

Quel homme ne s’est pas posé la question : barbe ou pas ? Épilation du torse, des aisselles, des parties intimes ou pas ? A travers le temps, nous constaterons que les modes n’ont cessé de changer, que les hommes « modérément » barbus/velus plaisent aux femmes et enfin nous aborderons les influences liées à l’épilation.

 

 L’homme, un mammifère naturellement poilu

Comme tous les mammifères, l'homme est naturellement poilu. Le poil sert de protection contre les agressions extérieures comme l’humidité, les températures trop froides ou trop chaudes. Le poil s'occupe également de préserver notre épiderme contre les germes et les invasions bactériennes. Certains hommes nient leurs origines, ils craignent d'être confondus avec notre plus proche cousin : le chimpanzé… Pourtant, il est difficile de le nier, il y a de l'animal en eux ! C'est là toute l'origine du problème, particulièrement pour les hommes qui ne supportent pas le moindre poil oublié sur le torse, la jambe, le mollet... Toutefois, d’après les scientifiques, cela fait des milliers d’années, depuis la découverte du feu, que les poils de l'homme auraient perdu de leur utilité… Certaines civilisations et cultures pratiquent l’épilation depuis toujours.  Les jeunes romains par exemple aimaient avoir les jambes et le poitrail lisses. Ils se servaient de coquilles de noix incandescentes, de résine brûlante et même de sang de chauve-souris pour l’épilation. Les plus coquets épilaient toutes les parties du corps. Les musulmans de leur côté font généralement table rase de leurs poils. L’épilation masculine semble être chez nous plus récente. Dans les années 60, Sean Connery faisait fureur en affichant un torse bien velu dans James Bond. Une caractéristique qui, de nos jours, n’est plus vraiment associée à un critère de séduction…

 

Poilu, oui, mais pas trop

Certains évoquent un phénomène de mode, d'autres une marque de virilité.  Une barbe fournie était il n‘y a pas si longtemps à la mode (hippies). Aujourd'hui, certains hommes préfèrent porter une barbe de trois jours, cela ne les force plus à se raser quotidiennement ; d’autres se rasent systématiquement. En fait la mode de la barbe est très changeante. De nos jours, se raser ou laisser pousser sa barbe fait partie des dilemmes les plus coriaces pour un homme. La question se pose chaque matin devant le miroir. Sans barbe, ils craignent le « visage de bébé » ; avec barbe, ils se sentent virils mais se trouvent condamnés à gratter et entretenir une forêt de poils.Celui qui décide de se laisser pousser la barbe encoure donc un risque non négligeable, celui de passer pour un homme des cavernes, faute d’implication dans le bon entretien de son outil de séduction. En effet, un manque de soins peut malheureusement laisser place à des barbes négligées, dénuées de tout charme, à la limite du repoussant. Les femmes s’attendent à ce que la barbe ne pique pas et sente bon, condition nécessaire pour ne pas être privé de leurs langoureux baisers… Ajoutons que les hommes avec une moustache à la Clark Gable ou une barbe bien trop généreuse sont souvent considérés comme ringards. Il est indéniable que les femmes préfèrent une barbe peu dense à une énorme barbe de bûcheron… Les hommes les plus désirables sont généralement ceux qui ne se rasent pas pendant un peu plus de 3 jours mais qui savent manier la tondeuse d’une main de pro. Messieurs, à bon entendeur…

 

Se raser, s’épiler : des influences multiples

Pour la psychologue et sexologue, Nathalie Dessaux, le phénomène du « no poil » a plusieurs causes, entre autres celle de l’omniprésence de la porno-culture. « Nous sommes dans une aire où la sexualité est marquée par la porno-culture. Et alors que dans les films X des années 70, les hommes étaient velus, on constate depuis les années 90 que la tendance est aux acteurs épilés » précise la spécialiste. Une évolution à l’écran qui influence les hommes comme les femmes dans leur vie. Mais ce n’est pas la seule explication selon la sexologue. La tendance serait « aux hommes peu ou pas du tout velus », selon un sondage Ipsos.  Résultat : ces messieurs se mettent à l’épilation, qu’elle concerne leur intimité, leur torse ou leur dos. Selon un sondage Ipsos, 46% des femmes estimeraient qu'il est important qu'un homme s'épile pour être séduisant. Elles seraient même 56% à partager cet avis chez les 25-34 ans. Autres influences : la mode métro sexuelle (se dit d'un homme, généralement citadin, qui dépense de l’argent pour prendre soin de son corps et de sa tenue vestimentaire), s’impose avec un corps sans poils et accessoirement musclé, un peu à l’image de dieux grecs tant fantasmés.  Notons encore que le partenaire influence également le choix, tout comme le culte du corps dans notre société (salles de gym) ou encore l’importance d’afficher son corps sur les réseaux sociaux... Pour se débarrasser efficacement des poils, il existe aujourd’hui de nombreuses techniques d’épilation (le rasoir, la cire, les crèmes, l'épilation à la lumière pulsée, le laser, etc.). On remarque enfin que certains optent pour des alternatives à la barbe, comme des moustaches, pattes, barbiches ou encore des colliers, qui signent les modes de différentes époques.

 

Verdict, l'amour du glabre ou l'amour des poils ? Mesdames, quelle est votre préférence ? Messieurs, comment gérez-vous vos poils ? ;-) Est-ce une contrainte pour vous de s’épiler ou de se raser ? Préférez-vous laisser le naturel prendre le dessus ? Vos témoignages nous intéressent !

 

 

Photo © Adobe – Auteur : Aleksej 

Betty_Nelly, 07/01/2021