Parler de sexe dans le couple

Parler de sexe dans le couple

2 | 770 Consultations

Beaucoup de problèmes qui surgissent dans les couples sont liés au sexe : à l’importance que les partenaires lui donnent ou pas ! A la qualité et la fréquence des rapports. D’où l’importance de la communication.  Mais comment aborder le sujet ?  Comment ne pas vexer l’autre ? Comment communiquer nos besoins, nos fantasmes ?

Nous allons tenter dans cet article de répondre à ces questions.

 

L’ennui

Il arrive forcément un jour où l’ennui s’installe dans notre vie sexuelle, qui mériterait grandement d’être pimentée!. Outre le fait de tester de nouvelles positions et pratiques en couple, on peut aussi imaginer aller plus loin. Si les partenaires aspirent vraiment  à de la nouveauté, pourquoi ne pas tester des endroits insolites pour faire l’amour ? (voir notre magazine sur ce thème : Lieux insolites pour étreintes amoureuses). S’ouvrir à d’autres partenaires peut être aussi envisagé, mais dans ce cas, comment dire à son conjoint que l’on s’ennuie sans le froisser et lui avouer qu’un truc à trois, dans un hôtel pour quelques heures avec des accessoires etc., nous tente ?  Et bien le mieux est de lui parler directement de vos envies de coquineries et surtout de prendre des initiatives pour le/la surprendre ! Faîtes preuve d’imagination, et prenez les dispositions nécessaires pour enfin faire monter la température ! Partager ses fantasmes, c’est créer des situations propices. On peut proposer de regarder un porno ensemble ou tout simplement, sur le ton de la détente et de l’humour, lui dire que parfois, on a des pensées érotiques disons « inhabituelles », histoire de l’inviter à discuter et se confier. On peut se demander si révéler ses fantasmes peut alimenter l’excitation pendant les rapports ou bien s’il est préférable d’entretenir son jardin secret ?

 

Les pannes

Tout se passait pour le mieux quand soudain son pénis peine à se raidir. Pas facile à gérer pour les hommes. Comment rattraper le « coup » ?  Alors pour ne pas faire empirer la situation, les deux parties ne disent souvent rien. Par peur de réaliser que le désir s’enfuit ? Peur de mettre à mal sa relation ? Peur de s’avouer que l’on vieillit et que la dysfonction érectile risque de se répéter ? C’est délicat. Parler de cette panne peut créer ou amplifier le problème. Cependant le silence risque de laisser à chacun le luxe de tisser sa propre version de l’histoire (à qui la faute?). Il faut donc essayer de trouver le juste milieu : ne pas en faire un tabou mais ne pas non plus en faire une affaire d’État ! Pour « dédramatiser » la situation, et pour montrer que ça ne nous dérange pas (nous ne sommes pas des robots), on peut éviter les dégâts en lui glissant dans l’oreille « la prochaine fois ce sera le nirvana ! »

 

Non, pas cette caresse…

Depuis le début du rapport sexuel, ses gestes sont maladroits ou inappropriés, voire dérangeants. Très souvent on évite de le dire à son partenaire pour ne pas le vexer ou encore pire, on simule pour lui faire plaisir… Quelle est donc la meilleure méthode à adopter ?  Se forcer n’est pas une solution en soit… Bien-sûr il faut éviter de s’exprimer de but en blanc, avec un « Je n’aime pas, arrête », mais éviter d’être négatif et surtout plutôt le/la guider vers les caresses que l’on préfère. On peut lui susurrer à l’oreille « je préfère comme ça », et utiliser nos mains pour le/la guider. C’est toujours agréable d’être orienté par l’autre et ça évite de se faire inutilement des films. Et quand enfin, notre partenaire est au bon endroit, au bon moment, n’hésitons pas à lui balancer « Que c’était bon ! J’en veux encore ! » ;-)

 

Pour conclure, la communication est souvent le meilleur remède pour entretenir l’excitation sexuelle dans le couple. Si en revanche l’absence de sexe dans le couple devait persister, pourquoi ne pas consulter un sexologue, cela pourrait être utile et pourquoi pas dépaysant de vivre cette nouvelle expérience ensemble ? Rappelons-le : le désir, ça va, ça vient. Le plus important est de s’écouter, se sentir respecté et respecter son ou sa partenaire.

 

Ce sujet vous parle ? Est-il pour vous essentiel de parler librement de vos envies en matière de sexe ? Vos témoignages nous intéressent.

 

 

Photo © Adobe – Auteur : pathdoc

Betty_Nelly, 11/28/2019

AMELIE97
2 | 12/02/2019, 03:20

Oui, Onyx je suppose qu'à Sète les Blanche-Neige doivent être comblées et ne voudraient absolument pas se retrouver à Troie.

onyx30
3 | 12/01/2019, 01:11

Marie, si l'amour à trois ne t'inspire pas………………………………
Change de région, à Sète, peut être que cela t'inspirera d'avantage……………..lol.

marie93
2 | 11/30/2019, 12:07

Ravie de te revoir TJC .....

La communication est pour moi l'une des principales composantes pour avoir une relation sexuelle épanouie. Les autres l'amour et le respect, bien sur être libre de son corps. Oser faire ce qui fait plaisir à l'autre, sans tabou .....
Et une panne, une absence de désir un soir, il n'y a pas mort d'homme. Ne pas s'arrêter sur cela, ne pas en faire une fixation .....

Quand à l'amour à trois, comme le suggère Betty_Nelly, je pense que j'aurai ce soir là, une énorme panne .....
Bonne journée à tous.

toujourscurieux
4 | 11/29/2019, 23:30

Perso je suis convaincu qu'il faut s'occuper tout de suite des préférences ou des répugnances de l-autre. Essentiel notamment pour éviter la terrible "panne"qui n"aurait pas lieu si on s'était entendu avant sur la question des comportements èrogènes acceptés ou pas. Fondamental !! TJC.

solene14
3 | 11/29/2019, 13:31

Aucun débat là dessus dans mes couples.... l'attirance ou le désir doit être une évidence....

didiermarc
2 | 11/29/2019, 10:46

Effectivement la communication est essentielle au sein d'un couple, c'est un état d'esprit !

AMELIE97
4 | 11/29/2019, 08:45

Pas simple votre sujet Betty-Nelly et pas vraiment basé sur la communication ou l'absence de communication verbale ni sur l'exploration des désirs de l'autre car le désir fondamental de l'autre n'a rien à voir à mon humble avis avec son refus ou son acceptation du plaisir sexuel partagé. Chaque être évolue.
Ma gynéco me conseillait de vivre ma sexualité hors mariage avec mon premier mari (dont les obsèques ont lieu aujourd'hui et nous nous sommes toujours désirés et estimés bien au delà du divorce sur d'autres plans que la sexualité). Simplement, il y eut un moment où lui, ayant une fonction, une culture et un âge très supérieurs n'aimait nos rencontres que dans ce que je lui suis profondément reconnaissante, la découverte de la jouissance (qui m'a ouvert les yeux sur une réalité que j'ignorais), mais au delà la confiance en moi sur le plan intellectuel (ce qui m'a permis de reprendre des études et de les pousser assez loin), l'ouverture de mon étroit univers sur le sien bien plus enrichissant sur le plan relationnel et culturel et familial (puisque j'ai toujours ma place dans mon ex première belle-famille) et pour arriver au respect de sa personne, c'est à dire le divorce car je ne me déconsidérais à mes yeux dans l'aventure extra-conjugale. Je ne regrette absolument pas de ne pas avoir entrepris un dialogue sur ce sujet de la sexualité avec lui. La suite de notre divorce m'a prouvé que j'avais raison d'avoir respecté ce silence car je trouve que chacun de nous est fait pour donner et recevoir ce qu'il a de meilleur en soi et à chaque moment de sa propre évolution, et ce n'est pas forcément la sexualité.
Mon deuxième mari dont je suis divorcée depuis peu, je l'ai découvert dans la passion sexuelle. Notre vie conjugale a été très compliquée. Le jour où je ne voulais plus et lui encore, il s'est imaginé, je sais pas pourquoi que c'était parce que sa virilité était défaillante et il a eu recours sans aucune nécessité à des pilules. Quelle hérésie psychique. De mon côté j'ai abandonné toute coquetterie, et autant que je pouvais les marques extérieures de féminité. Lui, de son côté cultivait encore plus son charme pour moi mais aussi en tentant de me rendre jalouse. Bien évidemment, mon mental appelait à une relation plus platonique, plus sensuelle que sexuelle et en reprenant ma liberté j'ai réinvesti coquetterie et féminité. Mais je demeure plus du tout attirée par le sexe. Hier je lui ai dit au téléphone qu'il était parmi les hommes de son âge, quelqu'un de toujours beau et remarquable (bien qu'il soit handicapé). Il partage ma tristesse quant au deuil dont j 'ai fait part car il avait et a sa place d'amitié dans mon ex belle famille n°1.
Mais il sait, de par notre dernière rencontre il y a quinze jours que je ne veux plus aucune approche sexuelle, point final. Etre deux ça veut dire être un différent de l'autre et c'est bien autre chose que l'union sexuelle qui nous rapproche ou nous sépare, c'est en soi que ça se passe.

jeanjeandumoulin
2 | 11/28/2019, 20:34

Le sex , oui , je suis pour , car il fait parti de la vie humaine . Dans un couple , il faut toujours , séduire l'autre , l'homme , ou la femme , déjà , à la base , il faut prendre soin de soie , pour plaire aux autre et surtout se plaire à soie même . Plus on prend de l'age , et moins il y à de sex , mais la tendresse ai la pour nous le rappeler . Alors , ça marche ou pas , surtout , chez nous les hommes . Si on à pas le bigoudis qui monte c'est une très grande frustration . C'est pour cela que nous avons la petite pilule bleu LOL, mais là , il faut être sur de madame , si non , que dale LOL. bizzzz

Ebbie34
3 | 11/28/2019, 18:09

Le SEXE c'est quoi ???? c'est de faire plaisir à son partenaire et et en même temps se faire aussi plaisir :))) Donc si ça cloche d'une part ou de l'autre Il faut en discuter !!!

Faut ouvertement dire ce qu'on aime et ce qu'on aime pas !!
Être un peu inventive:) varier les plaisirs....les endroits....des fantasmes ?! pourquoi pas les réaliser ? Dans l'amour l importance ce le changement !!!

EBBIE

doremy
1 | 11/28/2019, 14:36

Bonjour ,
Pour faire court , le sexe , c'est comme le reste ,on finit un jour ou l'autre par se lasser .. se réservir toujours le même plat , cela devient l'overdose ...
Je ne pense pas que cela se réduise uniquement au changement de position où autre franfreluches pour redonner du piment , à moins d'être un / une addict du sexe ( voir une obsession ( ça ne dure qu'un temps ) voire de la soumission ( profiter de la faiblesse de l'autre ) le sexe ce n'est qu'une pratique et rien à voir avec le sentiment .... juste mon avis ...
À quoi bon se torturer les méninges , à chacun(e) ses besoins et ses pratiques ,le sexe n'est pas une fin en soi , quoique pour certaines personnes .. à moins d'être sur la même longueur d'onde ....il suffit de trouver son alter égo ( alors bonne chance ) :-)
Et ça ne me parle aucunement ....
.