Le pouvoir des caresses

Le pouvoir des caresses

20 | 2860 Consultations

Si les caresses peuvent être le prélude d'une relation sexuelle, elles permettent aussi de témoigner de son attachement et de son intérêt pour une personne que l’on aime/apprécie. Pour les « êtres sociaux » que nous sommes, les contacts physiques représentent un besoin vital. En effet, le langage du toucher, cultivé dès la naissance, est indispensable à un bon développement physique, immunitaire et cérébral. Comment les caresses, câlins, étreintes, accolades et autres contacts physiques (à caractère non sexuel) influencent-ils notre quotidien ? En quoi sont-ils curatifs et indispensables à notre développement social et émotionnel ? Creusons un peu.

 

Se sentir aimé(e) et exister

Les caresses ont des vertus bienfaisantes et peuvent faire l’effet d’un tranquillisant, exemple : se blottir dans les bras d’une personne qui nous est chère. Il est facile de basculer dans la dépression quand on est privé de ce contact. Ne pas être touché ni caressé peut signifier chez certaines personnes qu’elles ne sont pas aimées. Qu’on soit petit ou grand, bébé ou personne âgée, ne pas être touché veut dire être rejeté et non désiré. À travers la chaleur humaine d’une caresse, nous exprimons nos sentiments, confirmons notre attachement et rassurons en cas de besoin. Il n’existe pas de relation, qu’elle soit charnelle ou pas, qui ne s’exprime pas par ce biais. Le corps fait passer, à travers la caresse, des messages aussi efficaces que les mots que l’on prononce. Ces gestes doux et agréables ont la capacité d’apaiser les tensions, de rassurer et d’apporter amour et affection.

 

Se développer socialement et émotionnellement

Un nouveau-né a besoin du contact de ses parents pour être apaisé. C’est grâce à cette chaleur corporelle qu’il ressent l’attention qui lui est portée. « On constate de réelles différences cognitives entre les bébés qui ont été beaucoup touchés et ceux qui l’ont très peu été », explique Rebecca Böhme, neuroscientifique suédoise. Nous sommes « modelés » par les mains qui nous aiment : les caresses de ceux pour qui l’on compte régulent notre température, stabilisent notre respiration, stimulent notre croissance, conditionnent notre développement cognitif. Les caresses sont des stimulants positifs et quand elles viennent à manquer, les dégâts sont sérieux. Par exemple, les enfants de la rue ou ceux qui ont vécu dans un orphelinat. Ces derniers ayant grandi dans un milieu hostile où règne le manque d’attention sociale, finissent souvent par développer des pathologies telles que la névrose. La marginalisation et l’absence de gestes tendres altèrent souvent leur développement affectif et rendent difficile voire impossible toute tentative d’adaptation à la société.  De plus, leur capacité à s’abandonner aux caresses ou à donner des caresses se voit fortement diminuée par ces expériences traumatisantes.

 

Améliorer son capital santé

Que ce soit envers les hommes comme les femmes, envers les petits comme les grands, les caresses servent à réconforter, à apporter un simple soutien affectueux ou à témoigner un désir pour l’être aimé. Les caresses ont un pouvoir thérapeutique. En effet, un baiser, une accolade, une caresse provoquent une libération d’ocytocine, l’hormone de l’affection, capable de détendre le corps et lutter contre la tristesse et la dépression. Les caresses stimulent les récepteurs de la peau qui influent sur le système nerveux. Le cerveau qui libère l’ocytocine a de multiples effets sur le corps : diminution de la fréquence cardiaque, ralentissement de la respiration, action antalgique etc. Les couples qui maintiennent un taux élevé d’ocytocine auraient une espérance de vie plus longue, et leur tolérance à la douleur serait plus élevée. Après plusieurs tests réalisés sur un groupe de personnes en bonne santé, le Dr Line Löken, neurologue, constate : « Les impulsions résultant des caresses amortissent les impulsions de douleur» Voilà pourquoi les couples qui s’étreignent souvent sont moins sensibles au stress extérieur… En résumé : pour renforcer son système immunitaire, il faudrait idéalement se faire prescrire des câlins… ;-)

 

Nous avons pu comprendre l’importance primordiale du toucher parce que la crise de la Covid nous en a en grande partie privé. En effet, les gestes barrière - interdiction de prendre ses proches dans les bras en Ehpad, prohibition des poignées de main, bannissement des bises - ont eu des conséquences désastreuses sur la santé psychique de nombreuses personnes. Le fait de nous interdire (même si c’est pour la bonne cause) de rentrer en contact physique les uns avec les autres est « une situation inédite dans l’histoire des primates », affirment les scientifiques et est responsable d’une hausse ahurissante de troubles psychiques. Les visioconférences, le télétravail, le « tout-virtuel » ne remplacent en rien ce que seules les « mains bienveillantes » peuvent nous procurer… Alors ne soyez pas avares de caresses (sous quelque forme que ce soit) car plus vous en donnerez, plus vous en recevrez ! 

 

Que vous inspire ce sujet ? Avez-vous ressenti, ou ressentez-vous encore, un manque de contacts physiques en raison des gestes barrière à respecter pendant la pandémie ? Attachez-vous de l’importance aux gestes tactiles au quotidien ?

 

 

Photo © Adobe – Auteur : JonoErasmus

 

Betty_Nelly, 10/28/2021