Trouver l’amour en temps de crise

Trouver l’amour en temps de crise

3 | 1121 Consultations

Nous vous présentons cette semaine le deuxième volet de l’interview réalisée avec le docteur Woinoff, psychothérapeute et spécialiste des relations amoureuses des plus de 50 ans. Vous pouvez lire ou relire la première partie ici. Nous nous attacherons cette fois à la question de la recherche d’un partenaire en temps de crise.

 

Le club : Quel rôle jouent les crises actuelles dans la recherche d'un partenaire ?

Docteur Woinoff : Pendant le confinement, une de mes patientes les plus âgées a trouvé le grand amour. Son partenaire et elle se sont rencontrés en ligne. Lors de leurs premiers rendez-vous en personne, ils ont respecté strictement les règles de distanciation, ont fait de longues promenades, ont beaucoup discuté ; c'était joliment romantique et en même temps légèrement désuet ! Dans leur cas, le respect des règles de distanciation a eu un effet positif sur l'émergence de leurs sentiments amoureux. Pour une autre patiente vivant seule, l'obligation de travailler à domicile pendant la période Corona a eu un impact dévastateur sur son moral, dans la mesure où sa solitude s’est renforcée. Elle m'a raconté en pleurant qu'elle n'aurait jamais pensé que les contacts physiques « anodins » qu’elle avait avec ses collègues, comme leur serrer la main ou leur faire une accolade, lui manqueraient autant. Maintenant, alors qu’elle est contrainte de travailler de la maison, ces contacts tactiles n’existent plus. Sa solitude lui pesait tellement qu’elle a fait des démarches pour trouver un partenaire.

 

Le Club : Les critères de sélection sont-ils les mêmes en période de crise ?

Docteur Woinoff : j’observe des tendances générales aussi bien dans la recherche de partenaires que dans les critères de sélection. Un nombre non négligeable de personnes ont réagi à la crise pandémique, (auquel malheureusement s'est ajoutée une nouvelle crise due à la guerre en Ukraine) par un sentiment d’oppression, une sorte de phase dépressive qui a conduit à une perte d’énergie vitale et de ce fait réduit leur motivation. Leur état émotionnel est tellement fragile que la pression pour trouver la sécurité (sentimentale, amicale ou financière) auprès d’un partenaire a augmenté. Mais en contrepartie il leur manque l'énergie nécessaire pour entamer des démarches. C'est pourquoi certains d’entre eux attendent que les crises actuelles se dissipent, ou ils s’adaptent à elles. J’observe clairement que les critères de choix d’un partenaire vont davantage dans le sens de la sécurité, de la stabilité et de la confiance que dans celui de l'aventure ou de la réalisation de désirs inassouvis. De même que la situation en Ukraine entraine inexorablement un retour à un schéma traditionnel, les femmes et les enfants sont mis à l’abri et les hommes doivent aller au front, il me semble que les critères de sélection qui reposent sur la sécurité financière offerte par l’homme et la sécurité émotionnelle assurée par la femme, reviennent en force. Mais il s'agit peut-être d'une impression subjective.

 

Le Club : Pourquoi chercher un partenaire maintenant ? Peut-on mieux traverser la crise avec un(e) partenaire ?

Docteur Woinoff : Les questions qui reviennent le plus souvent lors de mes consultations sont les suivantes : cela fait-il sens de se projeter dans une relation stable en temps de crise ?  En ces temps d’incertitude face à l’avenir, peut-on encore mettre un enfant au monde ? La recherche de l’amour est-elle sensée ? etc. Je réponds alors volontiers par une citation de Martin Luther : « Si l'on m'apprenait que la fin du monde est pour demain, je planterais quand même un pommier ».

Il est pour moi essentiel de garder espoir et la foi en un avenir meilleur afin de mieux appréhender les crises actuelles. Car c'est justement maintenant, en temps de crise, qu'une relation dans laquelle on se soutient mutuellement est la meilleure chose qui puisse arriver. Une joie partagée est une double joie, mais une souffrance partagée n'est qu'une demi-souffrance !

 

Le Club : Malgré tout, il n’est pas toujours facile de rester positif. Quels sont les écueils possibles ?

Docteur Woinoff : Comme mentionné auparavant, le problème, c'est qu'en période de crise, beaucoup n'ont plus l'énergie nécessaire de se lancer dans la recherche d'un partenaire. Alors qu’ils en expriment un besoin certain, les célibataires manquent de force pour prospecter. C'est compréhensible, et c'est justement là que la recherche de partenaire en ligne est utile ! Parce qu'on peut le faire confortablement depuis chez soi et que cela demande moins d'efforts. De plus, la nostalgie d'une relation de couple sécurisante aide à trouver la motivation nécessaire pour entamer une recherche de partenaire sur une plateforme en ligne, tel que le Club-50plus !

Même dans des périodes plus calmes, mes patients font face à des obstacles les empêchant de rechercher sereinement un partenaire. Exemples : trop de stress au travail, une insatisfaction de soi-même (« ... je dois d'abord perdre 5 kilos, puis ... »), etc. J’essaie alors d’identifier la peur qui se cache derrière toutes ces raisons. La plupart du temps, c'est la crainte d'être rejeté(e), mais également l’appréhension – qui peut paraitre incohérente – de sortir d’un quotidien morose auquel on s’était finalement habitué…

 

Le Club : Avez-vous un message à faire passer à nos membres ?

Docteur Woinoff :  Mon message est le suivant : « Tel que vous êtes maintenant et tel que vous vivez maintenant représente exactement ce qu'il faut à votre futur(e) partenaire ». Ne perdez donc pas de temps à essayer d'optimiser ou de changer quoi que ce soit. Force est de constater, que votre situation personnelle sera plus aisée et s’enrichira avec un(e) partenaire à vos côtés. Et peut-être que les temps de crise actuels sont le « moment idéal » pour trouver la bonne personne ?

 

Les crises actuelles ont-elles un impact sur votre recherche d’un partenaire ? Qu’il soit négatif ou positif, vos témoignages vous intéressent !

 

Article rédigé par Charlotte & Betty

 

Photo© Adobe – Auteur :  Monkey Business

Betty_Nelly, 07/07/2022