La sexualité des seniors, encore taboue ?

La sexualité des seniors, encore taboue ?

2 | 1005 Consultations

Nous vivons plus longtemps et plus en forme. Et une large part des seniors est aujourd’hui issue de la génération des « baby-boomers », celle qui a vécu 68’ et les mouvements de libération sexuelle. Pas étonnant donc que le plaisir soit un sujet important dans leur vie ! C’est ce que révèle le rapport sur la « vie affective, intime et sexuelle des personnes âgées » publié récemment par l’association Les Petits Frères des Pauvres. Et pourtant, la vie intime des seniors reste rarement évoquée, et quand elle l’est, une pointe de gêne se fait sentir. Pourquoi cette distance ? Pourquoi à partir d’un certain âge, on n’aurait plus le droit de profiter des plaisirs de la chair, et de le revendiquer ? Les lignes au sein de la société ne seraient-elles heureusement pas en train de bouger ?

 

Un sondage qui fait un beau pied-de-nez aux idées reçues !

Le rapport cité précédemment cumule les réponses de plus de 1 500 personnes âgées de 60 ans et plus en France métropolitaine. Il est le premier offrant autant de données quantitatives sur le sujet. « Les enseignements de cette étude inédite révèlent un décalage entre les représentations que la société véhicule sur les personnes âgées et la réalité qu’elles vivent », estime l’association. 

En effet, il ressort qu’un peu plus de la moitié des plus de 60 ans ont encore des relations sexuelles et 91% en sont satisfaites. Ces chiffres varient avec l’âge : alors que 70% des 60-64 ans ont des relations sexuelles, ils ne sont plus que 32% chez les 80-84 ans et 8% au-delà de 85 ans. A noter que 91% indiquent toujours éprouver du désir pour leur partenaire, dont 56% autant qu’avant. Autre donnée intéressante : 71% des personnes interrogées affirment qu’un corps qui vieillit peut rester désirable et 41% des plus de 80 ans se trouvent toujours séduisants. 84% se disent à l’aise avec le sujet de la sexualité mais plus d’un retraité sur deux considère qu’il est encore tabou pour la société. « Et d’ailleurs, les trois-quarts des personnes âgées ne parlent pas de leur vie intime à leur entourage » note le rapport.

« On ne peut que se réjouir de ces résultats qui révèlent que ce sujet intime très longtemps considéré comme tabou n’est plus une source de gêne pour les personnes âgées » déclare Les Petits Frères des Pauvres. Mais la société suit-elle pour autant ?

 

La sexualité des aînés toujours taboue

Le sujet met à l’évidence mal à l’aise. Du fait sans doute de nos origines judéo-chrétiennes, dont les représentations rattachent la sexualité à la stricte reproduction.  Les plaisirs de la chair ont longtemps été synonymes de pêché, alors une personne âgée ! D’autant plus considérée comme un symbole de sagesse, de tempérance, bien éloignée des tourments liés au désir et à la passion ! Il y a aussi le vieillissement physique, la transformation des corps qui dérangent souvent dans une société envahie pas des images de perfection. Pourquoi se sont presque uniquement des couples jeunes qui s’étreignent dans les campagnes de pub ? « Passé un certain âge, la vie affective et sexuelle n’existe plus, elle s’éteint ou alors pour exister, il faut qu’elle soit performante voire extravagante. Dans tous les cas, une vision peu respectueuse“ dénonce Les Petits Frères des Pauvres, qui regrettent l’invisibilisation des personnes âgées dans les médias.L’Arcom, Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, pointe à cet égard que les plus de 65 ans représentent seulement 5% des personnes qui apparaissent à la télévision !  Pour illustrer ce propos, rien de tel que de citer encore une donnée extraite du rapport du Petit Frère des Pauvres : 35 % des retraités n’oseraient pas se lancer dans la recherche d’un partenaire à cause de la pression de leurs enfants ! 

Enfin notons que le tabou de la sexualité des seniors n’est pas sans poser des questions plus graves. Comme nous l’évoquions dans notre article dédié à la recrudescence du VIH chez les plus âgés, le manque de dialogue et de sensibilisation à l’égard de cette catégorie peut entrainer des conséquences dramatiques. Vous pouvez consulter l’article ici.

 

Les choses bougent :-) 

Il se peut que vous soyez récemment passés devant un des six visuels édités par L’association Les Petits Frères des Pauvres et accompagné d’un joli slogan « choc » … Il montre pour l’un un couple âgé en train de s’embrasser, pour l’autre les partenaires allongés et dénudés … Cette belle campagne de communication est destinée à faire tomber les préjugés liés à la sexualité des plus âgés. De même le sujet de la sexualité en EHPADs commence à être évoqué, avec la possibilité de réserver des lieux de vie où l’intimité des résidents pourrait être préservée.  La société évolue d’une manière générale sur ce qui touche aux représentations des corps. Grâce aux jeunes notamment, qui font lentement tomber les barrières liées aux genres ou ont lancé le « body positivisme », mouvement social d’acceptation de son corps tel qu’il est et de tous les corps qui existent.  Comme évoqué plus haut, on peut aussi penser que les « baby-boomers », qui ont été au cœur de la révolution sexuelle, répondent « présent » pour dédramatiser le sujet !

Que vous inspirent les conclusions du rapport des Petits Frères des Pauvres ? Avez-vous l’impression que parler de la vie intime des seniors est encore tabou ? Ressentez-vous une certaine pression de la société, voire de membres de votre famille ? Ou au contraire, vous exprimez-vous librement sur le sujet ?  Vos témoignages nous intéressent !

Photo © Adobe – Auteur : Photographee.eu

 

charlotte4575, 10/20/2022