bonjour, une dame m'a fait une réflexion dernièrement sur le sujet, Il parait que nous sommes toutes clitoridiennes, aucune femme ne peut jouir si d'abord elle n'a pas une excitation clitoridienne. Selon ses dires, les nerfs sensibles du clitoris apportent au vagin le courant et là il y a une stimulation vaginale qui procure différents orgasmes, qu'en pensez-vous
Bonjour,

J'avais moi aussi , lu un article qui affirmait cela dans une revue scientifique . Pourtant ....

l'article à-t-il été écrit par un homme ?

De toute façon ...qu'importe ! L'important n'étant pas d'où on vient mais où on va , il me semble bien que dans ce cas précis c'est la même chose .

Bonne journée . :)
:idea: Je viens d'un Vagin, ... j'aime y retourner ! :oops:

Juste un retour aux sources du bonheur :P :oops: :P :oops: :P :oops:
91003312_215112116368958_5982739729357996032_n.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Il est actuellement courant pour les femmes au Soudan de subir un type de MGF ( mutilations génitales féminines ) où leurs lèvres internes et externes, et souvent le clitoris, sont enlevées.

té2.jpg



Les MGF peuvent entraîner de graves problèmes médicaux tels que des infections des voies urinaires, des infections utérines, des infections rénales, des kystes, des problèmes de reproduction et des rapports sexuels douloureux.

Dans certaines communautés, cette pratique est considérée comme nécessaire pour que les filles se marient, et il peut s’avérer difficile d’amener les gens à changer d’avis conformément à cette nouvelle loi.


téléchargement.jpg





On estime que 200 millions de filles et de femmes dans le monde ont subi des mutilations génitales féminines. Les MGF sont pratiquées dans au moins 27 pays africains ainsi que dans certaines parties de l’Asie et du Moyen-Orient.


Un pas historique a été franchi pour les droits des femmes au Soudan alors que le pays africain a criminalisé la pratique horrible des mutilations génitales féminines (MGF).

À l’avenir, ceux qui pratiquent les MGF, que ce soit à l’intérieur d’un établissement médical ou ailleurs, risquent désormais une peine de trois ans de prison et une amende, comme le rapporte BBC News.


soudan.jpg








Cette modification de la législation pénale a été apportée le 22 avril et a été saluée comme le début d’une « nouvelle ère » pour les droits des femmes au Soudan.
Selon les chiffres de l’ONU, environ 87 % des femmes et des filles soudanaises âgées de 14 à 49 ans ont subi une forme ou une autre de MGF.



télnt.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Merci de rappeler ces horreurs faites aux femmes et aux petites filles,
mais tu vas plomber l'ambiance là :lol:


Bonne journée ! J-9 :wink:
Enfin ! Mais ce n’est qu’un début, tant il est difficile de changer les mentalités , y compris chez les femmes elles-mêmes. Trois ans ... c’est sans doute mieux que rien , mais vraiment trop peu pour faire peur aux bourreaux....
Merci pour cette info
Squatina , tu veux remonter le moral des troupes ? Il suffit de penser que nous ne risquons plus rien vu notre âge , on peut y aller tranquille ! :oops: :arrow: