Très intéressante la question de Carole.
Je ne sais pas si c'est à cela qu'elle fait allusion. Mais je pense aux" Vampires psychiques", ceux qui nous vident de notre énergie.
Nous en avons tous rencontré dans notre vie, aussi bien dans le travail, que dans la famille.
Pas facile de s'en défaire !
Avec l'expérience des années, on les repère plus vite. Et là, la seule défense, c'est la fuite ! Surtout, se préserver....
Mais c'est plus difficile quand il s'agit de nos proches. Comment réagir quand l'affect est là, et nous culpabilise ?
Ne pas culpabiliser justement. Pas facile !
Cependant, il est important de se protéger. Personne ne le fera à notre place.
...

Hello @Sohalia !

"Vampires psychiques" ... expression qui doit correspondre aux cousins des MPN (manipulateurs pervers narcissiques), davantage dans une version "égoïste" plutôt que "méchante".

Pour ne pas se laisser vider de son énergie, apprendre à leur dire non est important. Mais pas de manière trop frontale non plus.

Perso, je leur recommande de s'adresser à une personne compétente ou plus compétente que moi, même si elle insiste en me disant "qu'il n'y a que moi qui ..." (ben voyons !)
Au pire, je réponds "que je vais y réfléchir" ... et là, souvent, on me dit que c'est "urgent" : là, je renvoie à la solution précédente.

Et même si on tente d'aider quelqu'un(e), souvent des reproches pleuvent ... parce que ce n'est jamais assez !!! ... donc fuyons ! Et loin.
Ma question , qui faisait suite au message de pensée de @Dokazz , qui disait : "Soyons reconnaissants envers les gens qui nous rendent heureux. Ils sont les jardiniers qui font fleurir notre âme." Marcel Proust " , n'évoquait pas les PN , j'aurais dû être plus explicite . Je la repose donc en précisant .
"que faire quand le bonheur de personnes, gentilles , généreuses , sensibles , innocentes voire naïves et non manipulatrices ne semble dépendre que de vous et que du coup , cela vous dépouille du votre ? Comment , sans être méchant ou "cruel " , se dépêtrer d'une telle situation ?
carole80 a écrit : Ma question, qui faisait suite au message de pensée de @Dokazz, qui disait : "Soyons reconnaissants envers les gens qui nous rendent heureux. Ils sont les jardiniers qui font fleurir notre âme." Marcel Proust ", n'évoquait pas les PN, j'aurais dû être plus explicite. Je la repose donc en précisant.
"que faire quand le bonheur de personnes, gentilles, généreuses, sensibles, innocentes voire naïves et non manipulatrices ne semble dépendre que de vous et que du coup, cela vous dépouille du votre ? Comment, sans être méchant ou "cruel ", se dépêtrer d'une telle situation ?


... « ne semble dépendre que de vous » ...
Ce n'est peut-être qu'une « impression », ou une image de soi affaiblie ?

... « Comment, sans être méchant ou "cruel ", se dépêtrer d'une telle situation ? »
Peut-être en ne donnant pas tout à l'autre, au point d'en oublier ses propres besoins ?