Lilochka
Paisiblement allongé au soleil contre la PORTE de la maison, un vieux CHIEN assiste sans trop broncher, à une QUERELLE entre deux oiseaux. Impossible de faire tranquillement la sieste, car ces volatiles extrêmement BRUYANTS, ne semblent pas connaitre la DISCRÉTION.
Les LIENS entre eux sont loin d'être empreint de SYMPATHIE. Un des deux, plus décidé et plus vaillant, piaille comme une COMMÈRE, d'une façon très directive contre le second. En effet, se trouve sur le sol, le butin d'un repas festif que les deux zoziaux ont remarqués. Ainsi, le sujet de la discorde est planté. Mais pas question de partage.
Et l'animation devient de plus en plus assourdissante. SANS-GÊNE aucune, le plus vigoureux essaie de chasser l'imposteur. Un PALIER est franchi dans l'adversité. La JALOUSIE est telle, que le simple fait de laisser quelques miettes est insupportable. Alors tous les moyens sont bons, et à grand coup de bec et de plumes, il essaie des tentatives d'intimidation pour éloigner cet intrus.
Mais monsieur toutou qui suit la dispute d'un œil, a remarqué aussi le repas abandonné. Finalement, il se lève, se dirige vers les restes du repas et englouti ce frugal festin.
Tout content de cet imprévu, il se manifeste d'un petit aboiement en remerciement du SERVICE que les oiseaux lui ont rendu.


Olonna
Pendant vingt ans Nora avait eu les meilleurs voisins qu’on puisse imaginer, de ceux qui sont attentifs à vous mais en toute DISCRÉTION. Jamais une QUERELLE n’avait assombri leurs relations, ils se rendaient mutuellement SERVICE et elle avait pu compter sur leur SYMPATHIE sans faille pour l’aider à remonter la pente lorsqu’elle avait perdu son mari.
Elle avait appris avec consternation qu’ils avaient choisi de passer leur retraite près de la mer et que leur maison était en vente. Ils avaient insisté pour qu’elle vienne chaque année faire un séjour chez eux, elle en avait été très touchée mais se sentait terriblement seule depuis leur départ.

Nora avait attendu avec autant d’impatience que de crainte l’arrivée des nouveaux occupants. Elle redoutait principalement qu’ils aient un CHIEN BRUYANT qui rendrait ses insomnies encore plus pénibles ou qu’ils soient du genre à se comporter avec SANS-GÊNE au quotidien.
Enfin ils étaient arrivés. Elle avait observé par la fenêtre leur voiture et leur mobilier et conclu sans JALOUSIE aucune qu’ils étaient très à l’aise. Depuis, ils lui avaient fait de temps à autre un petit signe amical mais se tenaient à distance, très affairés par leur installation. Elle se demandait s’il serait possible d’établir des LIENS avec eux ou s’ils resteraient à jamais distants.

Et puis un soir très tard Nora entendit du bruit et, sans vouloir jouer les COMMÈRES, observa ses voisins en soulevant le coin du rideau. Elle les vit sortir à grande difficulté de leur voiture un long paquet enveloppé de tissu qui avait forme humaine et son sang se glaça. Il n’y avait aucun doute, elle les avait surpris en train d’emmener un corps pour l’enterrer dans le jardin.
Le lendemain on sonna à sa PORTE et elle reconnut son voisin dans l’œilleton, elle finit par lui ouvrir. Avec un grand sourire il l’invita à venir le soir même partager un apéritif dînatoire pour faire connaissance, s’excusant d’avoir été trop occupé par le déménagement pour le faire avant.

Après avoir accepté, Nora referma la porte et sa peur monta par PALIERS jusqu’à devenir terreur, ils avaient dû la voir derrière son rideau et voulaient se débarrasser d’un témoin gênant, allaient-ils l’empoisonner?
Elle se rendit à l’invitation et s’efforça de paraître détendue même si elle savait quels monstres se cachaient derrière ce couple apparemment enjoué et cordial. Et puis son hôtesse lui apprit qu’elle était styliste de mode et l’emmena visiter l’atelier qu’elle avait installé dans la plus grande chambre. Au milieu trônait un mannequin de grand magasin « qu’ils avaient eu le plus grand mal à rentrer et sortir de la voiture la veille ».
La suite de l’apéritif fut très agréable et Nora rentra chez elle le cœur léger.


Oxytany
En bonne COMMERE de mon village, j'adore les QUERELLES de clocher et les occasions de foutre la zizanie ne manquent pas. Il me suffit de me planquer en toute DISCRETION derrière ma fenêtre JALOUSIE et d'épier la vie de mes concitoyens pour alimenter des ragots souvent sans LIEN avec la réalité et les distribuer à qui veut bien les écouter, SANS GENE aucune.
Si je sens une réticence, je monte d'un PALIER dans l'horreur et quand çà suscite des réactions BRUYANTES, je suis comblée.
Finalement je leur rends SERVICE quelque part car grâce moi, ils ne s'ennuient pas !
C'est vrai que leur SYMPATHIE à mon égard a parfois des limites et quand je retrouve des excréments de CHIEN à ma PORTE, je comprends que je suis allée trop loin !
Mais c'est rare ! :wink:


Mamybjaa
Ne me cherchez pas ]QUERELLE ayez plutot de la SYMPATHIE[ pour moi, je ne suis q 'un vieux matou qui ne cherche qu'une ]PORTE accueillante je vous promets je ne suis que DISCRETION, si vous avez des souris je peux encore rendre ]SERVICE[/si vous possedez un ]CHIEN[ et qu'il n'est pas BRUYANT je vous promets que j'essaierais de ne pas éprouver de la]JALOUSIE[ envers lui et de créer des LIENS d'amitié
peut etre me trouverez vous]SANS GENE je sais je suis un peu ]COMMERE mais je vous raconterais se qui se passe sur le ]PALIER[ et quoi que vous pensiez vous m'écouterais et ferais des grands" ho c'est pas possible" et vous le repeterais à votre mari le soir, qui en riant le diras le lendemain à ses copains de travail l le secret quoi!
Alors vous m'adoptez ?


Sohalia
La vieille dame entre dans son immeuble, un panier chargé de provisions au bras.
Elle s'arrête devant l'ascenseur . Une affiche indique : " Hors SERVICE".
Adèle soupire. C'est la troisième fois depuis le début du mois. Et elle habite au quatrième !
Elle pourrait rester là et attendre qu'une bonne âme vienne l'aider à monter ses achats. Mais son feuilleton préféré commence dans dix minutes !
Elle hésite à aller frapper chez la gardienne. Un sursaut d'orgueil l'en empêche. Elle n'a jamais pu éprouver la moindre SYMPATHIE pour cette COMMERE, qui nourrit sa JALOUSIE maladive de ragots malveillants.

Adèle se résigne à attaquer la montée des escaliers. Son médecin lui a pourtant recommandé de ne pas fatiguer son coeur, qui n'est plus trop vaillant.
Bien sûr, elle aurait dû déménager pour un rez-de-chaussée. Mais elle a un LIEN particulier avec cet immeuble, où elle a vécu de si belles années, avec l'Amour de sa vie. Son cher Louis...
Depuis sa disparition, elle s'accroche à tous les souvenirs heureux vécus dans ces murs.

Adèle reprend son souffle sur le PALIER du deuxième étage. Elle commence à se sentir un peu mal. Elle s'approche de la PORTE, prête à sonner. Mais un aboiement furieux retentit. Elle renonce, elle a une peur bleue des CHIENS. Elle sait que le maître n'est guère aimable, et en plus BRUYANT et SANS-GENE.
Il a déjà eu plusieurs plaintes pour tapage nocturne, mais il s'en moque bien.

Elle entame la montée du troisième étage. Nouvel arrêt. Une douleur aigüe lui transperce la poitrine, elle a besoin d'aide. Mais des cris et des pleurs lui parviennent à travers la cloison. Encore une QUERELLE de ce jeune couple qui vient d'emménager.
" Quelle tristesse, songe Adèle, ils devraient s'aimer au lieu de se déchirer ".
Elle préfère s'éloigner, en toute DISCRETION.
Elle franchit péniblement les dernières marches. La douleur s'intensifie. Elle s'écroule devant la porte de son appartement.
Elle a si mal. Elle voudrait appeler au secours, mais n'arrive à émettre aucun son.
Elle a peur, tout est obscurité et souffrance. Elle sombre dans un trou noir...

Mais voilà qu'Adèle se sent mieux, elle est inondée d'une lumière éblouissante. Un homme lui parle, un homme dont elle reconnaît aussitôt la voix. Louis...
" Te voici enfin ma chérie, je t'attends depuis si longtemps ".


Marie93
J'ai vécu vos QUERELLES, vos jours BRUYANTS, vos nuits sans SYMPATHIE où vous vous insultiez SANS GENE et sans DISCRETION. Je tentais de rendre SERVICE, de vous aider à retisser des LIENS, mettant ma truffe sur vos genoux. Lors des rares promenades que vous m'avez accordé, j'entendais les COMMERES qui commentaient vos disputes, sur le PALIER. Est ce la JALOUSIE qui vous a pousser à vous séparer ? Et vous partagez vos meubles, mais moi ?

Me voilà, pauvre CHIEN devant la PORTE de la prison, la SPA.
Voici donc nos six textes, même si vous n'avez pas pu écrire le vôtre rejoignez-nous pour le vote et déposez votre bulletin avant mardi soir.

Je trouve que c'est frustrant de devoir voter pour un seul texte alors qu'on est souvent partagé, ce sera donc deux votes par votant !

:)
Bonjour à vous,

Sohalia et Lilochka
Je vais suivre oxytany dans son vote.
Sohalia et lilochka

Bonne journée à vous.
:D oxytany et Marie93.
Bravo à la team !
bonjour les belles plumes,

je vais faire le même choix que la précédente participante.

oxytany

Marie93.

bonne journée tout le monde
mon vote est
LILOCHKA et MARIE
ila fait beau dans le berry
Bonjour à tous; je vote pour deux écrivaines qui m'ont bien fait rire:

LILOCHKA; très drôle;

OXYTANY; on s'y croirait!

Bonne fin de journée à tous! :D
Mamybjaa et marie

désolé j'ai pas trop le cœur a écrire en ce moment...
Nous en sommes à sept votants, il devrait y en avoir d'autres d'ici 20 heures.

Je vote à mon tour pour OXYTANY et SOHALIA.

Bel après-midi à tous, ici il fait 34 degrés !

:)
Coucou à tous !
Mon vote :
OXYTANY
MARIE
Bel après-midi... :D
Bonsoir tout l'monde,

OXYTANY

SOHALIA


Bonne soirée.
Dix votants se sont exprimés et on fait grimper sur les trois marches du podium :
Oxytany (6 votes)
Marie93 (5 votes)
Lilochka et Sohalia (4 votes)

Félicitations aux quatre gagnantes !
Oxytany, à toi l'honneur de lancer les prochains Mots Vagabonds !

Bonne soirée à tous !

:)
Désolée de vous avoir fait bond cette fois. Je n'avais pas trop le moral ! ... Mais je vous ai suivis, toutes et tous, de loin.
Bravo Oxytany : comme "teigne" ... tu en fais vraiment une belle ! :lol: :lol: :lol:
Or; c'est bien vrai qu'il existe réellement des personnes de cette trempe là !!! Ce qui est, hélas, bien trop triste.
Je vous embrasse bien amicalement.
Rhodia.