1 - SQUATINA

J'avais CONFIANCE en toi pour VIVRE dans le CALME à tes côtés mais dès la première gifle, l'ESPOIR s'est estompé et celles qui ont suivi m'ont fait CRAINDRE le pire.
La TRISTESSE collée au coeur à jamais, je ne pensais plus qu'à m'ELOIGNER de toi, mon bourreau hier tant aimé mais dans l'incapacité de m' ISOLER, je subissais, NUIT et jour tes assauts répétés, l'oeil VIDE posé sur toi, sans force pour me défendre.
Etait ce ma DESTINEE?
Mais un jour de révolte, j'ai voulu me sortir de cet ENFER et comme, autour de moi, mon INFORTUNE ne rencontrait qu' INDIFFERENCE , j'ai choisi SEULE d'en finir et je t'ai ......supprimé.
Mon amie SOLITUDE m'a alors soignée puis guérie. Redevenue SEREINE et apaisée, je parviens aujourd'hui à laisser mon esprit FLANER dans mes souvenirs pourtant bien loin d'être ...... OUBLIES.


2 - MAYAH


La SOLITUDE...j'aimerais vous raconter celle de ceux qu'au siècle dernier l'on nommait les fous, quand, enfermés derrière les hauts murs de ces sinistres bâtiments qui avaient à l'époque pour noms asiles, ils finissaient par être OUBLIES de tous, dans l'INDIFFERENCE d'une société qui n'aimait guère s'encombrer de ceux qui ne sont pas productifs.
Chaque jour qui passait les faisait s'ELOIGNER davantage de l'ESPOIR de retrouver un jour assez de CONFIANCE en soi pour ne plus CRAINDRE de retourner dans la vraie vie et de risquer de s'y retrouver comme agneaux face à des meutes de loups.
Leur INFORTUNE finissait par se traduire par un enfermement de très longue durée, jusqu'à leur mort parfois, où leurs journées se passaient à FLÂNER, que dis-je, à errer dans les couloirs sombres et gris pour ceux d'entre eux qui conservaient leur CALME, ceux en crise et de ce fait agressifs et violents étaient mis en isolement dans une chambre-cellule.
Quant à leurs NUITS, elles n'étaient jamais SEREINES : il y en avait toujours bien plus d'un pour pleurer ou hurler afin de pallier à l'angoisse de ce que
tout à leurs yeux leur paraissait VIDE de sens. VIVRE n'était pour eux qu'un ENFER sans fin.
On pouvait lire sur leurs visages minés par la TRISTESSE ainsi que dans leurs yeux hagards combien ils se sentaient SEULS alors qu'en ces lieux, on ne peut jamais l'être vraiment, on ne peut jamais, ne serait-ce que quelques instants, s'ISOLER pour se ressourcer ! Incroyable paradoxe !
Ceci explique sans doute pourquoi ils se muraient de temps en temps dans un silence protecteur : c'était pour eux leur havre de paix, leur île déserte sur lesquels les autres vus comme des " colons " ne pouvaient accoster.
Cette sordide DESTINEE du coup en poussait certains, comme unique solution d'évasion, à envisager le suicide et parfois même à l'acter...
J'ai connu au début de ma carrière la fin de cette psychiatrie-là, où à force de conditions de vie inhumaines, ces êtres finissaient par sembler dépourvus d'humanité.
Mais dans le système de l'époque, qui de fait en manquait ?


3 - CANDICE


Ce temps morose ne m'invitait pas à FLÂNER dans la ville.
Je décidai d'aller SEULE au musée jusqu'à la tombée de la NUIT.
Dans cette atmosphère CALME et SEREINE un regard VIDE ne me laissait pas dans l'INDIFFÉRENCE .Une force étrange se dégageait de ce tableau .
Ce visage blême laissait apparaître une grande TRISTESSE et l'INFORTUNE vécue par cette vieille femme.
Il me fascinait au point de me faire CRAINDRE cette SOLITUDE que j' avais désiré pour voir cette exposition.
J'ai pensé m' ÉLOIGNER et aller dans une autre salle .
J'entendis dire d'une voix violente :《 alors toi aussi tu fais comme les autres...》
-Que sais-tu de moi ? je veux VIVRE en paix et je ne suis qu'un objet que l' on utilise comme il vous plaît.
Géricault a choisi de me peindre sans me demander mon avis et de me prénommer la " monomane".
J'étais une jeune fille douce et réservée
remplie d'ESPOIR et de CONFIANCE.
Je rêvais d'un grand amour et d'une vie simple.
Ma DESTINÉE....On m' enferma pour folie à l'âge de vingt ans.
Cinquante années de ma vie à voir le soleil à travers des barreaux, et m' ISOLER des autres.
Ma soeur jumelle pleine de vie était la préférée de nos parents, elle était comblée de cadeaux et d'amour, moi j'étais l'OUBLIÉE.
Hélas pour elle, nous étions en haut des escaliers. Elle fit une mauvaise chute et cela lui fut fatal.
Cinquante années d'ENFER à me défendre comme une hyène.
Cinquante années où je fus privée de relations bienveillantes...
La sonnerie du musée annonçant la fermeture me fit sursauter.
En jetant un dernier regard à cette vieille femme, elle me souffla:
《 vous avez découvert mon âme! merci.》j'ai cru apercevoir une larme coulée sur son visage.
Arrivée dans le jardin du musée, je me posai un moment sur le banc.
L' émotion m' empêchait de retrouver le bruit de la ville.
-Cette femme m'avait- elle réellement parlé?
- Etais-je atteinte de folie pour parler à un tableau ?


4 - DOKKAZ


Depuis son plus jeune âge, la SOLITUDE était sa meilleure amie. Personne ne lui avait enseigné la CONFIANCE. S'ÉLOIGNER de tout et de tous était son SEUL ESPOIR de VIVRE dans le CALME, sans CRAINDRE les regards VIDES de tendresse qui se posaient sur lui.
Il avait trop connu l'ENFER pour croire encore au paradis. Cette vie qu'il voulait fuir était comme une NUIT sans fin, où la TRISTESSE et l'INFORTUNE l'écartelaient jour après jour.
Était-ce là sa DESTINÉE ? Il refusait cette existence pipée, vouée à l'amertume.
S'ISOLER, reprendre contact avec lui-même, essayer de comprendre pourquoi son chemin était toujours semé d'épines.
Lui seul pouvait faire sauter ces barrières infernales. Il s'enferma dans une bulle d'INDIFFERENCE. Il laissait parfois sa mémoire FLÂNER vers ces jours d'avant jamais OUBLIÉS, et son cœur souffrait encore et toujours.
Trouverait-il un jour la paix ?
Accèderait-il un jour à ce bien-être qui rend SEREIN ?
Le doute emplissait son esprit, étreignait son cœur et la vérité surgissait comme la lave d'un volcan furieux : il n'avait pas sa place dans ce monde...


5 - GREY


"Tu te prénommais Léontine,,,un prénom OUBLIE,,,désuet,,,tu étais ma grand mère et tu m'as élevée,,oserais je dire construite,,
,Tu m'as appris à lire, à compter, à dessiner, à peindre et tellement de choses ,à coudre, à jardiner,,Pas cuisiner,,ce n’était pas intéressant selon toi,
,Mais surtout, tu m'as appris la CONFIANCE,,,à VIVRE SEREINE sans CRAINDRE l'adversité l' INFORTUNE ou la SOLITUDE ,,,tu m'as appris à me battre et la force de S'ISOLER pour rebondir ailleurs et plus fort,à ne dépendre de personne.

Toi Léontine, tu avais vécu l' ENFER de la guerre ,,2 fois,,,tu t'es retrouvée sur les routes ,,la NUIT,,le ventre VIDE,la peur dans tout ton être
,,à fuir la terreur nazie,,,Il fallait S'ELOIGNER vite , fuir pour abriter ta famille,,,Ta famille a été décimée dans l' INDIFFERENCE générale et, tu n'as pu sauver que ta dernière fille, ma mère,,la SEULE survivante de tes 4 enfants,
J'ai découvert ton histoire très tard,,pas par toi et par petits bouts,,,
Tu étais d'une force incroyable, d'un CALME exceptionnel, même devant mes pires bêtises,Je n'ai jamais vu ta TRISTESSE,,,tu ne me parlais que d' ESPOIR, de travail,d'indépendance,,
Tu trouvais ta fille un peu molasse, Léontine,,Tu voulais que ta petite fille ne subisse jamais une quelconque DESTINEE,,,Tu me voulais forte, droite, et libre de mes choix,
Et centrée sur l'utile,,,,
J'aimais bien jardiner, les fleurs étaient inutiles : tu m'as appris à faire pousser les légumes,,Je ne peux pas voir un potager sans penser à toi,
Tu n'aimais pas me voir FLANER,,, ton « tu n'as rien à lire » me rattrapait très vite dans mon oisiveté,Je culpabilise encore si je n'ai pas de lecture en cours,,,
Et tellement de choses qui font partie de moi,,,

Merci Léontine,je suis tellement fière de la femme que tu étais,,,"


6 - UTOPIQUE


S'isoler et s'éloigner des autres n'est, à mon avis, pas une solution à ses problèmes relationnels.
Quand on n'a pas confiance en soi, que sa vie semble vide de sens : quelle tristesse. !
Flâner toute seule dans le calme, se montrer soi-disant sereine, c'est certes peinard comme disait Ferré , mais quel ennui .!
Je doute que l'on passe de bonnes nuits en ressassant l'infortune de la solitude et pire encore celle de l'indifférence qui donne cette impression d'être oublié des vivants , d'être mort.
Soit dit en passant , je préfère l'indifférence à de fausses flatteries... .
Pour moi l'enfer c'est de vivre sans espoir.
Tout humain a besoin des autres, il n'est pas fait pour vivre seul , il ne doit pas craindre ses semblables..

Chacun a sa place dans ce monde ,il suffit de prendre sa destinée en main et savoir rabattre son orgueil et sa vanité.


7 - TENDERLY


Ouais ! Ca va pas fort aujourd’hui dans le bistro, cet aprèm, c’est le grand CALME et la Berthe rumine sa SOLITUDE ! Elle se sent OUBLIEE de tous , et sa TRISTESSE est grande, elle se sent VIDE et voudrait s’ ISOLER, vraiment SEULE pour VIVRE pleinement son INFORTUNE , hélas, le peu de clients de passage font montre d’ INDIFFERENCE, ne s’intéressant qu’à ce qu’il y a dans leur verre, pourtant, elle a mis sa jolie robe à fleurs, celle qui moule parfaitement son opulente poitrine, avec le secret ESPOIR que l’un deux changera sa DESTINEE lui permettant de s’ ELOIGNER de ce lieu maudit pour la rendre de nouveau SEREINE, ne plus CRAINDRE l’ ENFER d’ être seule la NUIT !
Il lui faudrait un mec qui lui redonne sa CONFIANCE en elle et la complimente sur ses charmes, l’emmène FLANER dans un fabuleux rêve d’ amour, de stupre et de fornication !
Las, les mecs n’ont d’yeux que pour la nouvelle secrétaire de mairie, hélas chasse gardée du maire ! Elle est un peu moins jolie que la nouvelle factrice, qui a remplacé le vieux Léon … mais, celle-là, c’est Alexandre Benoît qui s’est barré avec ! Tant et si bien que Léon a repris du service ! Vous comprenez maintenant la morosité qui habite la Berthe !
Mais une idée germe bruyamment dans sa cervelle d’oiseau : le grand brun, là, est pas mal, même s’il sent un peu le purin (ben ouais, c’est lui qui vidange les fosses du village !) elle se dit, la Berthe, que, après tout, ça porte bonheur, et elle entreprend de lui soûler la gueule pour l’amener dans son plumard, ainsi, sa vengeance sera complète ! Pauvre Berthe


8 - BEMOLE


Sur les rives de notre société,il y a les invisibles,Rémi sans famille ,Marie Madeleine ,les différents ,les accidentés de la vie ,les autres puis nous.
Nous sommes tous les représentants de cette société ,nous finirons un jour par être OUBLIES ,en manque de CONFIANCE.
Peur de CRAINDRE L'INDIFFERENCE qui permet peu D'ESPOIR,SEUL dans la NUIT ,notre vie ,est elle VIDE de sens ,notre INFORTUNE doit elle nous faire VIVRE un ENFER .
Afin de S'ISOLER avec se qui nous arrivent .
CALMES et SEREINS ,nous irons FLANER malgré tout ,en balançant notre TRISTESSE vite il faut S'ELOIGNER du mauvais temps pour une meilleure
DESTINEE .
La SOLITUDE n'est elle pas rêvée lorsque nous n'avons plus rien à partager où
choisir l'ouverture sur le monde à l'écoute des autres .
Pour une minute ,une toute petite minute .
Même pour sauver qu'une vie


9 - OLIVIA


Si on sait ce que c’est, si on l’a vécue cette INFORTUNE, on croit toujours que la « nôtre » est la pire ( l’espèce humaine est ainsi, elle rivalise par nature, même pour le pire -:) car elle existe dans bien des versions, cette solitude …

Mais …. la pire ?

La SOLITUDE accompagné(e)….

Quand l’ennui et l’INDIFFÉRENCE occupent toute la place, quand on voit l’autre S’ÉLOIGNER, quand on n’a plus rien à partager, quand on se sent SEUL(E) malgré et avec l’autre, quand le VIDE est partout….
Et….
Quand la CONFIANCE est perdue, les amis absents, OUBLIÉS, les ESPOIRS déçus, quand on choisit de S’ISOLER…… alors, on se doit de CRAINDRE l’antichambre de la TRISTESSE et la NUIT de l’ENFER…

Et …. la meilleure?

Reprendre en main sa DESTINÉE et FLÂNER, cheminer, VIVRE apaisé(e), SEREIN(E), dans le CALME d’une solitude choisie et ressourçante …


10 - CHAYONNE


...90 ans...c'est mon soleil qui se couche...
Mon Pierre est parti et ma Sophie est loin !...elle a sa vie, ma Sophette !
Je l'ai vue S'ÉLOIGNER peu à peu. Les visites se sont espacées...une carte pour mon anniversaire...un tel parfois...des photos sur le buffet...

Ce CALME trop lourd qui me hantait dès que revenait la NUIT !
Je n'étais pas misérable !...juste inévitablement OUBLIÉE !
Pourtant quand elle appelle je lui dis que tout va bien...qu'elle ne doit pas s'inquiéter !
-"Rassures toi fifille !...je n'ai besoin de rien...j'ai tout en si peu !
Et c'est vrai !...j'ai plus que beaucoup désormais !

Mon ami à quatre pattes, mon sans-race, tu es arrivé un matin de pluie, le poil sale et les yeux résignés !...tu boitais...j'ai enlevé la corde qui te blessait...
Tu n'es jamais reparti !
Un ange avait retracé nos DESTINÉES.
La vie se devait-elle de nous ISOLER à ce point pour que l'on ne se rencontre qu'à la fin du chemin ?
-"tu n'as plus rien à CRAINDRE, je ne suis que moi...!
Et j'ouvrais ma maison...
Il hésitait, peureux et tremblant...prêt à s'enfuir !
Alors j'ai parlé...je crois qu'il a aimé ma voix. Les biscuits l'ont comblé, les caresses l'ont apaisé...
Il s'est couché sur le tapis, s'est goinfré de la chaleur du vieux poêle...!
Il luttait pour ne pas dormir, mais ses yeux se fermaient.

C'est drôle, la vie !...il n'avait plus CONFIANCE, je n'avais plus D'ESPOIR !
Muselée de TRISTESSE, je traversais en silence des journées si VIDES !
...on ne raconte pas ce genre de détresse, on la subit !...la vieillesse est un ENFER quand on se traîne dans L'INDIFFÉRENCE !

Mon complice jappeur, tu me rassures et je te bichonne !...tu me protèges et je te répare !...nous ne sommes plus SEULS !
A voix basse je te confie mes doutes,mes joies, mes erreurs !...à voix haute je nomme ma SOLITUDE !...grâce à toi je la dompte, j'apprends à l'aimer, à en faire une force !

La lampe éteinte, je retourne FLÂNER dans mes souvenirs...je ne dors pas...je bouge et tu m'entends !
...tu t'inquiètes et te redresses !
Sans un gémissement tu coules ta tête dans le creux de ma main...tu pardonnes mes doigts secs...mes rides n'ont pas d'importance pour toi !...je ressens la chaleur de ton souffle...
Je m'endors avant toi, SEREINE et rassurée !...mes fantômes ne me font plus peur !
Nous étions étrangers, nous voici désormais amis D'INFORTUNE à jamais liés par la tendresse...
...dans notre présent nous nous encourageons à VIVRE !
...dans un lointain demain nous nous aiderons à partir !

Ma boule de poils...bon sang que je t'aime, toi !
...et à deux...hein ?...à deux...qu'est-ce qu'on est forts...


11 - HELEYLA


La SOLITUDE pleure sur la route de l'INDIFFERENCE. Elle vagabonde à FLANER de-ci de-là par vents et marées trouver un ESPOIR pour combler ce VIDE immense qui la tenaille. OUBLIEE de ceux qui ne pensent pas à elle, si CALME et si SEREINE elle redoute l'ENFER. Pourtant l'envie de VIVRE lui donne ce souffle de vie, elle ne veut pas S'ISOLER par crainte de se retrouver SEULE et passer son temps sur des chemins chaotiques d'INFORTUNE qui lui feront CRAINDRE d'être emprisonner de TRISTESSE. Il lui reste la CONFIANCE qu'elle tient en elle et qui l'empêche de sombrer et S'ELOIGNER. Les NUITS où elle divague et pleure d'ennui, au matin elle se lève en retrouvant toujours son courage et cet espoir qui ne la quitte pas car elle sait qu'un jour sur son chemin elle croisera sa DESTINEE qui la sortira de cette solitude dans laquelle elle ne veut pas s'enfermer.....


12 - MAMYBJAA


qu'appelle t on la SOLITUDE?
Est ce la DESTINEE qui nous fait CRAINDRE la société ou une INFORTUNE qui nous a fait croiser l'ENFER ,
quoi qu'il en soit celà nous amène a S ISOLER à VIVRE au CALME
pour certains celà les rend SEREINS ils laissent FLANER leur imagination sans TRISTESSE pour d'autres ils se sentent OUBLIES croyant ,vivre dans l'INDIFFERENCE , ne faisant CONFIANCE en personne en étant SEUL ressentant le VIDE surtout lorsque la NUIT approche
a chacun son choix mais qu'au fond de soi l'ESPOIR soit toujours là
je vais M ELOIGNER sur la pointe des pieds sans faire de bruit chut !!!


13 - BILOUM


Au secours ! Notre histoire prend l’eau ! Rien de bien surprenant à vrai dire ! à force de se mentir, se taire, s’ISOLER ……s’ELOIGNER ….. et faire , à tout prix de la SOLITUDE notre compagne d’INFORTUNE , il semblait presque traçé voire inévitable le chemin de notre DESTINEE.

Mais ce soir, c’est décidé ! Qu’importe si, de nous deux, je suis la SEULE à vouloir briser le silence. Je prends le risque de me cogner ! Qu’ai-je donc à CRAINDRE de ce jeu d’autos tamponneuses si je m’emploie , coûte que coûte, à rester SEREINE et surtout pétrie de CONFIANCE ?

Qu’y aura-t-il de pire après cet ENFER , ce VIDE abyssal dans lequel je me noie depuis des années, des mois…………… ???

J’en ai assez de ne respirer qu’à moitié . Assez de faire semblant et m’accommoder de cette vie en solitaire . Assez d’accumuler les bleus au coeur….. …Un cœur qui ne connait rien d’autre qu’un battement sur deux…Est-ce possible ???……Tôt ou tard, j’en suis certaine, il finira par se mettre à l’arrêt un peu comme notre vie.

Au fait, avons-nous vraiment envie de VIVRE? …..Sommes nous seulement encore vivants ???? Je l’ignore …

Tout ce que je sais c’est qu'à chaque heure du jour et de la NUIT , un flot de pensées chiffonnées de TRISTESSE vient FLANER dans ma tête..et tourne en boucle .
Je refuse de perdre l’ESPOIR.

Tout n’est pas si gris en moi. Non !

Le CALME règne ! Je suis assise en face de toi. Tu es là , les yeux plongés dans ton journal….. J’ai horreur de cette attitude . Elle laisse transparaître tant d’INDIFFERENCE….Tu ne me regardes pas ! Il y a bien longtemps que tu ne me regardes plus d’ailleurs ! Nous sommes deux planètes OUBLIEES qui tournent en rond , à des années lumière et qui ne se frôlent pas !

Je me lance enfin !

Du fin fond de mon cosmos, je laisse tomber la question :

"Tu m’aimes ??????????"

Tu viens de lever les yeux !
« Mais oui bien sûr !!!!!!!!!! quelle drôle de question ! »


Tu m’as entendue ! Halleluiah ! C’est presque le paradis ! J’existe !


14 - LE LOIR


A 6000 km de là, en France, nous avions uni nos DESTINEES et pourquoi ne pas le dire, uni nos INFORTUNES car tous les deux, avions connu la SOLITUDE.
Plusieurs jours de bateau sur un paquebot mixte, état major, équipage, nous deux passagers et marchandises. Le temps passe relativement vite à bord, repas avec les Officiers, discussions passionnantes, passerelle du Commandement, FLANER, SEULE, à la découverte du navire, accompagnée aux endroits défendus : machinerie, (j'ai entrevu presque l' ENFER de l'équipage dans la chaufferie où j'ai failli tomber sur le sol glissant), puis la joie dans les cuisines. Le plaisir de S' ISOLER à la proue, mon endroit préféré pour admirer les paquets de mer. Puis, la chaleur arrivant, filmer les dauphins et les poissons volants qui s'en donnaient à coeur joie dans l' INDIFFERENCE. Jouer au ping pong avec le Capitaine et aux cartes tous ensemble jusqu'au milieu de la NUIT. Déjà mes souvenirs sentimentaux jamais OUBLIES (mon père ma mère) s'estompaient pour aller à la rencontre de ta famille et de ton île.
La sensualité de la mer, la végétation luxuriante baignée par la lumière, rien ne manquait dans ce pays où il faisait bon VIVRE dans le CALME apparent. Encore dans la baie, rien à CRAINDRE, j'étais en CONFIANCE et pleine d'ESPOIR quand j'ai vu le bateau s' ELOIGNER vers la France, VIDE de ses 2 passagers, sans TRISTESSE aucune, au contraire, j'étais SEREINE, folle de bonheur !

....................................................................

14 TEXTES


Le panier des votes restera en place jusqu'à dimanche 12 h...
...Prière de ne déposer qu'entre 1 et 5 votes...
Gromerci à tou(te)s...!


.......................................................

Chère Le Loir, tu nous avais habitués à ton humour si particulier...
...et là, tu nous offres un beau récit plein d'espoir !
Merci ma belle !
:D

.............................

Décidément quelle diversité dans toutes ces belles tranches de vie !

...Pffffff...cela va être vraiment difficile de choisir :!:
...elles ont toutes leur place sur la première marche...!!!

Que de belles pages !...Gromerci à vous tou(te)s cher(e)s Ami(e)s des Mots Vagabonds...
...toutes celles et ceux qui ont fait vivre ces 215èmes !

:P :P ...

3/3
Bonjour tout le monde !

Trois coups de cœur pour moi (Oui je sais, j'ai un cœur d'artichaut), pour CANDICE, GREY et HELEYLA.

À plus tard !
14 textes pour se réunir autour du thème de la solitude et ainsi faire la nique à l'isolement ! :wink: :D .Mon vote :
1 = Squatina : texte qui tombe à pic en cette journée des droits des femmes.
3 = Candice, 5 = Grey, 13 = Biloum.
6 = Utopique : t'inquiète, si tu gagnes et ne veux pas être meneuse, c'est la 2e qui s'y collera. :wink:
Coucou,
Que de beaux textes et de belles histoires, mon choix s'est arrêté sur la romance et la philosophie....

Voici mon vote :

Squatina : une histoire comme il en existe tant malheureusement...

Grey : les souvenirs d'antan...

Utopique : une belle philosophie qui se rapproche de ce que je pense...

Chayonne : encore une très belle histoire romancée et très touchante...

Une belle journée à toutes et tous avec la lumière du soleil,

Amitié,
Corinne

10655545.jpg


cc41debc.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Mon vote : SQUATINA une histoire vraie..
GREY un bel hommage à Leontine..
CHAYONNE une très belle histoire..

Et toutes les autres sans oublié notre ami Tenderly.
Bravo à tous..
Bonne journée
candice
Remontée avant le passage en deuxième page... :D
J'ai déjà voté, et vous ?
:P Ccou Ami(e)s des jolis textes !

:D ...gromerci chère Dokkaz de m'aider to UP !!!

...et merci à tou(te)s celles et ceux qui prennent de leur temps pour faciliter le maintien de ce beau jeu en page une !

Voilà...!...les premières visites ont commencé...
...mais notre urne est jalouse des paniers car elle aussi est très gourmande !

Alors n'oubliez pas la troisième partie des MV, celle qui permettra de désigner la ou le meneur(se) des 216èmes !

...c'est vrai que c'est très difficile vu la qualité des textes !
...nous les aimons tous !


:P :P ...Gromerci pour votre visite...

1/3


Bonjour tout le monde et bon week end à venir!

Mon coup de coeur pour Tenderly et aussi Chayonne et Biloum.


12496508_1298054913541755_6475169492464182187_o.jpg
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Hop! Je remonte.

Bonne soirée à tous :D
Que de beaux textes !!!!!!!!
Mais j'ai un réel coup de coeur pour celui de Grey. Donc mon vote est :

GREY

Bonne soirée tout le monde.
...Le poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer
Exilé sur le sol au milieu des huées
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

( L'Albatros) Charles BAUDELAIRE

...la solitude peut prendre tant de formes, avoir tant de conséquences, naître de tant de causes !
...nos Belles Plumes l'ont très bien dépeinte dans leurs textes !

Merci à tou(te)s celles et ceux qui ont déjà voté...celles et ceux qui s'arrêteront...!

...merci à celles et ceux qui, comme Orchidée, sont présentes pour un p'tit UP !

...de 1 à 5 votes...

:) Le passage à l'urne est incontournable afin de pouvoir raconter encore et encore sur d'autres thèmes...
...l'urne restera en place jusqu'à dimanche 12 H

:P :P ...à plus tard...

2/3
Quelle solitude pour voter tellement le sujet nous tien à coeur
mon vote pour cette semaine
BILOUM vie de couple ?????
CANDICE quel beau voyage au coeur du tableau
TENDERLY que j'aime ta Berthe
Bonsoir à tous
Voici mon vote:
3 Candice
5 Grey
10 Chayonne

Bonne soirée!! :)
Salut tout le monde; quel plaisir de savoir lire ... mon instit y avait raison! :wink:

Voici mon vote: (dur, dur!)

2 MAYAH
5 GREY
10 CHAYONNE
12 MAMYBJAA
13 BILOUM

Bonne soirée mes chéries, chéris! :wink: :D
cron