Entre la honte et la pudeur !!

Ou se situe la frontière ?
En réaction du blog sur la nudite,
Je me souviens étant enfant (8ans)lorsque nous avons eu notre première tv, si par malheur il devait y avoir une scène de baiser sur la bouche, nos parents nous disaient de tourner la tête (le temps que ça passe) on été pas très fier d'assister à cette *orgie* :lol: j'en ri aujourd'hui, mon dieu que n'avions nous pas fait d'avoir furtivement aperçu cette scène, la honte pour moi en tout cas, je sais pas pour les frères /sœurs, donc encore aujourd'hui dans la réalité de la rue, je me surprend à détourner la tête ou le regard sur un baiser de couple *jeunes * la plupart (de l''exibition à mes yeux) :oops:
Par contre a la tv ça ne me gêne pas, si je suis seule, sinon je suis gênée avec quelqu'un dans la pièce, alors ne parlons pas d'une scène d'amour intégrale ,
Franchement encore aujourd'hui mon regard zappe, même seule, quand c'est trop long ( la scène) du baiser ou du nu, à la. Tv, comme quoi les tabous sont profondément. imprégnés malgré nous dans notre inconscient,
PS: la honte devant les parents et surtout peur de se prendre une baffe si on détourner pas la tête :mrgreen:
C'est grave docteur :shock:
Non, c'est pas grave, c'est troublant et souvent paradoxal, en réalité les réactions qu'on peut éprouver de vant une scène d'intimité dépendent entièrement du regard et de la présence des autres. Honte et pudeur, c'est exactement la même chose, sauf qu'on donne au second une forte connotation morale.Il y a desannées, j'étais très réticent pour me mettre "à poil" sur les plages landaises, et finalment, dans la mesure où presque tout le mondele faisait, parents et enfants, dans une ambiance très "familiale" et sans éprouver la gêne d'être nu ou habillé, à quelques mètres de distance, l'appéréhesion disparait tottalement. Rien d'obscène, rien de provoquant, aucune obligation,juste leplaisrde se débarrasser d'une inhibition dans un contexte presque protecteur, vu l'immensité des plages.
a notre epoque c'était de la pudeur ou un gene;!on pouvait avoir honte de regarder! mais la curiosité et cette nouveauté nous surprenait ! l'envi de voir nous gagnait ! maintenant c'est une banalité ! :D
Bonjour, je suis partis en voyage en Corée ...du sud je précise.Le guide nous a éxpliqué que les jeunes ou moins jeunes d'ailleurs ne s'embrassent pas dans la rue , meme pas le petit "béco" sous peine d'avoir une amende !!!!!
Bonjour, allez une petite plaisanterie. Je veux bien payer l'amende si un bel homme m'embrasser en Corée !
:D :D
On peut même avoir honte de ce qu'on n'a pas fait i Mais dont la personne qui partageait ma vie était déjà pétri et à travers des indices .....je savais .Je ne savais pas précisément quoi , mais je savais !
Je n'ai vraiment concrètement découvert " la chose " que de nombreuses années après notre séparation , et c'est un sentiment de honte d'avoir partagé ma vie avec cet homme qui m'a envahie .
Et qui ne m'a jamais quittée sur ce point . Pas pour des raisons de morale . Pour des raisons de dignité peut-être ....
Je sais que ce n'est pas normal d'avoir honte dans ce contexte , mais je n'ai jamais souhaité l'analyser . Je vis avec .
Je sais que certaines de mes réactions sont de manière inconsciente liées à cette situation car , pour lui c'est maintenant et encore ouvertement d'actualité .
Honte aussi que l'on puisse penser que j'ai pu adhérer !
Les pièces jointes ne sont visibles que par les membres du Club-50plus.
Zut Marie , je suis revenu de Corée....et chui pas un bel homme :shock:
Ben Patrick,

Et Paris, capitale des amoureux, sur le pont des arts ! Bien moins loin. Et pour la beauté, tout est subjectif . J'arrête là, vous allez croire que je suis délurée.
J'ai écris sur je sais plus quel forum il y a quelques jours....Le baiser (bisous!) est le préliminaire............. des préliminaires . :wink:
Albine a écrit : On peut même avoir honte de ce qu'on n'a pas fait i Mais dont la personne qui partageait ma vie était déjà pétri et à travers des indices .....je savais .Je ne savais pas précisément quoi , mais je savais !
Je n'ai vraiment concrètement découvert " la chose " que de nombreuses années après notre séparation , et c'est un sentiment de honte d'avoir partagé ma vie avec cet homme qui m'a envahie .
Et qui ne m'a jamais quittée sur ce point . Pas pour des raisons de morale . Pour des raisons de dignité peut-être ....
Je sais que ce n'est pas normal d'avoir honte dans ce contexte , mais je n'ai jamais souhaité l'analyser . Je vis avec .
Je sais que certaines de mes réactions sont de manière inconsciente liées à cette situation car , pour lui c'est maintenant et encore ouvertement d'actualité .
Honte aussi que l'on puisse penser que j'ai pu adhérer !


Avec beaucoup de respect Albine :wink: pourquoi avoir honte des ces pratiques sexuelles que vous n'avez pas pratiqué et qu'il ne vous à pas imposé ? ou j'ai mal compris !

L'intimité d'un couple, sa sexualité est quelque chose de très personnel, c'est le jardin secret du couple, c'est ce qui fait un couple, on se doit d'être complice, surtout ne pas subir sans envie les fantasmes de l’autre, quel intérêt , quel plaisir d'avoir à subir !

C'est clair que les hommes sont beaucoup plus porté sur la chose, plus imaginatifs , on ne peux changer ce que nous sommes , mais l'exiger de son partenaire, quel manque de respect.

Pour moi, sexualité = complicité :wink:

PS, pas du tout adepte du shibari
Il est vrai que c'est extrêmement sybillin, moi quand j'ai envie d'évoquer quelque chose que je n'ose pas dire clairement, je renonce. Alors un peu "en aveugle", j'ose afffirmer qu'en amour, il n'y a pas d'interdits, pas d'autres limites que celles qui découlent du respect, de l'affection et de la complicité mutuelle
"Alors un peu "en aveugle", j'ose afffirmer qu'en amour, il n'y a pas d'interdits, pas d'autres limites que celles qui découlent du respect, de l'affection et de la complicité mutuelle"

C'est ma façon de voir les choses Trevor et idem que vous, des fois, vaut mieux renoncer à dire se qu'on n'ose pas dire clairement :wink: mais bon, est-ce vraiment une bonne chose ?
Albine a écrit : On peut même avoir honte de ce qu'on n'a pas fait i Mais dont la personne qui partageait ma vie était déjà pétri et à travers des indices .....je savais .Je ne savais pas précisément quoi , mais je savais !
Je n'ai vraiment concrètement découvert " la chose " que de nombreuses années après notre séparation , et c'est un sentiment de honte d'avoir partagé ma vie avec cet homme qui m'a envahie .
Et qui ne m'a jamais quittée sur ce point . Pas pour des raisons de morale . Pour des raisons de dignité peut-être ....
Je sais que ce n'est pas normal d'avoir honte dans ce contexte , mais je n'ai jamais souhaité l'analyser . Je vis avec .
Je sais que certaines de mes réactions sont de manière inconsciente liées à cette situation car , pour lui c'est maintenant et encore ouvertement d'actualité .
Honte aussi que l'on puisse penser que j'ai pu adhérer !

Bonjour,
Pour être en contradiction avec moi même après le forum nudité, Je ne peux pas feuilleté cette page sans réagir à la photo qui est, à mon gout, magnifique. Sans honte, ni pudeur, la découverte du shibari a été une révélation puissante et bienfaisante pour moi. Bonne journée, Far
Le titre est : Honte ou pudeur .
Il y a avait peut-être de la pudeur à dire ma honte .Et à raconter l'histoire .
D'où une difficulté ( et pourtant ce n'est pas mon habitude ) à dire les choses clairement et à nommer un chat un chat .. Il en est effectivement résulté un texte sybillin .
Merci à ceux qui ont rebondi et essayé de comprendre .( Mich et Trevor ).
Par respect pour eux et parce que je connais leur rectitude - en tous cas à travers leurs écrits sur le site-, je vais tenter de répondre .
Je me doutais aussi qu'une adepte de ces pratiques pointerait son nez si elle était en ligne .

J' ai été mariée et j'ai eu des enfants avec cet homme .
Au décours de nos années de vie commune , ont commencé à apparaître des demandes marginales en terme de relation de couple . Il a tenté le glissement progressif vers ....en essayant bien sûr de me faire glisser aussi . Au début, j'ai rapporté ça à un goût immodéré qui lui venait pour la pornographie ( je rapportais ces pratiques à de la pornographie, mais n'y connaissais pas grand chose pour les qualifier ), qui envahissait jusqu'à notre domicile .
C'était l'époque des cassettes VHS.
Quand mes enfants attrapaient Blanche-Neige , c'était un film tout autre qui apparaissait à l'écran !
Les B.D. bdsm( mais là encore ; je rapportais ça à de la pornographie )
fleurissaient dans tous les coins .Vous savez le goût des enfants pour les BD. Et là aussi , mon souci de préserver les enfants de des dessins .....fleuris .
Et de m'opposer à ça . Et de refuser toute relation ( même normale ) avec mon mari car la communication ( euphémisme ) ne passait plus et que je n'avais plus que du dégoût .
Rien de commun avec le jardin secret intime que vous évoquez Mich . . Donc pourquoi m'y prêter ? Bien sûr , les éléments de frustration chez lui ont commencé à dominer et je l'ai payé de sa violence , envers moi, mais quelquefois aussi limite avec les enfants . ( la ceinture !) . Bien sûr , je m'interposais .
Je n'avais pas encore compris qu'en fait, ce qu'il aimait ,c'était faire mal .C'est ça le bdsm . Si on enlève tout le blabla autour pour faire passer ces pratiques extrêmes comme normales .
La violence au sein d'un couple a de multiples causes . Mais quand on est dedans , avec des enfants , on n'est pas dans l'analyse de ce qui l'a induite .
J' ai fini par quitter le domicile avec une autorisation de résidence séparée , en attendant que la procédure avance .
Là de nouveau : persécution et explosion démesurée de violence .
Il m'aimait disait-il !
Il m'aimait tant que son seul objectif était de me détruire !
Je l'ai payé de toutes les manière . Mais j'étais adulte . Et pouvais encore continuer ma vie .
Ce sont nos enfants que ça a détruit !
C'est certainement de m'être laissée piéger par un début normal, quelques éléments de glissements peu signifiants au début , puis la prise de conscience qui génère aussi ma honte .
Ne pas avoir réagi dès que j'ai pressenti .
Et les dégâts envers les enfants . Mais pas que....
Plein de choses que je m'étais attachées à construire détruites .
Je m'en suis " remise" même s'il y a des cicatrices .Et pourtant nous sommes séparés depuis 1992 .
Et je ne l'ai plus jamais vu depuis plus de 10 ans .
Nous vivons dans des villes différents .
Et puis un jour, des "amis " ( ceux qui vous veulent du bien !) m'informent qu'il fonctionne depuis notre séparation dans le bdsm ( je n'y mettrai pas de majuscules ) et maintenant dans l'évènementiel dans ce domaine . C'est notoire et public . Je peux donc l'évoquer .
Et qu'il a eu une relation avec une autre femme pendant plus de 10 ans ( adepte du bdsm elle ) avec qui il a reproduit le même scénario qu'avec moi . Jusqu'à aussi vouloir aussi la détruire à la séparation.
Voilà l'histoire . Telle que je l'ai vécue en tous cas .
Je pense que c'est bien beau d'écrire qu'en amour , toutes les pratiques sont permises s'il y a accord et complicité des deux partenaires . Ca c'est la phrase qui correspond à la partie émergée de l'iceberg.
Mais certaines pratique - même acceptées parce qu'on n'est pas toujours conscient de leur portée - peuvent déclencher des tsunamis ! des fractures de vie !Y compris chez les enfants .
Y penser . Etre acteur de sa vie et de ses pratiques en étant responsable .
Par analogie:
S'il y a complicité dans un acte délictueux , est-il pour autant légitime ?

A celle qui aime ces pratiques, j'ai mis cette photo parce qu'un bon dessin vaut mieux qu'un long discours .Mais ma foi, vous aurez eu les deux !

Pour ma part, je ne suis pas un rôti . Et, Madame, , je ne me laisserai jamais enfoncer un cactus dans le derrière ! Mais par respect pour tous les membres, je ne la ferai jamais apparaître cette photo ! Même un soir d'Halloween .

Pour ceux qu'il interesserait d'en savoir plus , pas sur mon histoire ( c'est la première fois que j'évoque ces moments de ma vie sur un site public ) , mais sur la suite , la dame qui a pris ma suite dans sa vie avait un blog en accès libre sur le net :’AURORAWEBLOG. Il est riche d'enseignements !

Me restent cette honte ( pourquoi ? ) et un goût de bile dans la bouche quand j'entends qu'on s'extasie devant un photo de femme ficelée .( nommée shibari en bdsm ) .

Moi, je sais ce qui peut en résulter , qu'on s'y oppose (ce qui a été mon cas même sans trop savoir au début de quoi il s'agissait ) , ou qu'on y adhère .

Pour Farrington : J' ai toujours été vanille et le resterai contre vents et marées . Elle comprendra....
Et je n'ai que mépris pour les adeptes de cette pratique .

Pour le reste, et pour conclure , j'ai réussi ( à part la honte ) à dépasser ça et à retrouver plaisir à une relation à deux , pour autant qu'elle soit harmonieuse .Mais je reste quand même un peu aux aguets d'indices éventuellement inquiétants et il me faut un certain temps pour être en confiance .