Ton témoignage est évocateur, intéressant et courageux.

Le petit truc qui me gêne, c'est ça :

Et je n'ai que mépris pour les adeptes de cette pratique .

Si je fais cette remarque, c'est que dans mes amis (assez proches), il y a un couple, qui pratique le BDSM, depuis de nombreuses années, qui en parlent assez librement, et qui, je puis te l'assurer, ne sont absolument pas "méprisable", tout au contraire.
Albine,
Je suis désolée que vous ayez à vivre cette histoire . Je pense en effet avoir été peut etre hors contexte par rapport au titre mais il y a maintes thèmes qui apparaissent , dont la trahison et la violence. Je ne cherchais pas ni à édulcorer ni à corrompre, ni à provoquer mais simplement faire un commentaire sur la photo car elle me plaisait. Je sais pertinemment que le BDSM est toujours très mal perçu, tabou et mal vu.
Bonne fête de la Toussaint. :| :|
Far
@Albine
Vous n'aviez pas à vous mettre à nue pour expliquer vôtre vécue intime dans votre ex couple . La pratique de ces jeux de violence ce n'est pas de l'amour mais un jeu de domination de l'autre rien de plus et aussi de faiblesse pour l'un des deux bref de la .....Perversion pure et simple tout le contraire de l'Amour véritable
Heu ... Kissous...

Que signifie donc le mot "perversion", entre majeurs et consentants ?

Un remugle biblique ? S et G, peut-être ?

Si tu veux m'éclairer.
Mich34 a écrit : "Alors un peu "en aveugle", j'ose afffirmer qu'en amour, il n'y a pas d'interdits, pas d'autres limites que celles qui découlent du respect, de l'affection et de la complicité mutuelle"

C'est ma façon de voir les choses Trevor et idem que vous, des fois, vaut mieux renoncer à dire se qu'on n'ose pas dire clairement :wink: mais bon, est-ce vraiment une bonne chose ?

Je pense, que l'intimité d'un couple ne concerne que le couple. Tout peut se pratiquer, du moment que chacun est d'accord.
Il est facile de vérifier si deux personnes sont, chacune, majeures. Il est bien plus difficile de s'assurer qu'elles sont, chacune, absolument consentantes!
Comment doit on analyser la situation d'une personne qui "consent" parce qu'elle a ... PEUR de se faire abimer ...?
Je trouve la photo de la femme nue ligotée absolument répugnante et je me moque éperdument de savoir qu'elle serait "consentante"! Pour moi, il y a atteinte aux bonnes moeurs ...
1. atteinte dans la simple pratique car il y a passage à l'acte
2. atteinte dans l'exhibition même de cette photo car il y a apologie du passage à l'acte.
Même question qu'à Kissous:

Qu'entend tu par "bonnes mœurs" (toujours entre adultes, bon, j'évite le "consentants", mais, ça existe, tu sais ...).
Et, j'aime beaucoup la remarque lucide de Marie93.
Exemple :
1. la torture est un crime.
2. l'apologie de la torture est donc un délit
3. la simulation de la torture est une forme d'apologie
4. donc, la simulation de la torture est un délit
5. un délit est une atteinte aux bonnes moeurs (c'est pour cela que c'est codifié comme étant un délit!)
6. donc la simulation exhibée de la torture est une atteinte aux bonnes moeurs

Le droit est une "technique normative" qui vise à fixer des règles qui s'imposent à tous y compris à ceux qui sont en désaccord avec ces règles.
Jacques:

Syllogisme. Et tu le sais.

Petit recentrage:


LE SEXE ET LE DROIT

Que signifie le principe de liberté sexuelle en droit?
Le principe de liberté sexuelle signifie que le droit est étranger à la majorité des relations sexuelles.
Toutes les relations sexuelles entre adultes consentants relèvent de la liberté de chacun,
de la vie privée et de l’intimité des individus même si ces deux notions ont tendance à s’étendre vers la sphère publique en s’étalant dans les médias ou sur les réseaux sociaux.
L’individu exerce des choix personnels en matière de sexualité, il fait preuve d’une certaine autonomie, d’une réelle liberté.
Il peut ouvertement assumer ses préférences sexuelles.
L’Etat laïc renonce à imposer toute conception de la sexualité.
Seuls seront poursuivies les relations sexuelles qui impliquent un mineur et les actes sexuels imposés.
Tous les actes qui portent atteinte à autrui relèvent du droit et les auteurs seront poursuivis en justice.

Source:
Myriam Diradourian
-­‐
DGEMC


Le droit canon est caduc (Tiens ! Rigolo, ça !)
La morale judéo-chrétienne devrait l'être également.

Non ?
Au passage, excuses méritées, à Topsecrete, pour avoir un peu dérivé du sujet initial.
Mais ... Bon :)
sfinx1 a écrit : Non ?

OUI :mrgreen:
@ Sfinx et Trevor ...
Entièrement d'accord! Le seul droit que je retiens, c'est le droit de la République ... lequel, pour des raisons historiques dont personne ne peut nier la réalité, a été construit sous influence du "droit canon" et de la morale judéo-chrétienne ... Une analyse concrète de la réalité concrète permet, sans coup férir, d'arriver à cette conclusion d'évidence.

Nulle par, dans aucun pays, à aucune époque, le droit (et encore moins le droit positif!) n' a été construit "in abstracto". Même si on commence par poser des principes, ceux-ci ne sont rien d'autres que la traduction, à un moment donné, dans un contexte donné, dans un rapport de force donné, de la situation politique ...

Allez, les enfants! Essayez donc de me démolir cet argumentaire!
Jacques:

Tu as raison. :D

(En fait, non, mais ... J'ai faim ! :) )
Je vous laisse croiser le fer sur les subtilités du droit canon et sur la qualité d'une conclusion à laquelle on arrive par syllogisme .
Je pense toutefois que Jacques a raison pour avoir lu un post de Maître Eolas ( blog célèbre d'avocat )
qui argumentait de manière analogue .
Plus simplement , voilà ce que dit le droit :
"Le sadomasochisme, même sous sa forme la plus bénigne comme la fessée, même en privé et entre adultes consentants, est une pratique sexuelle qui présente la particularité de pouvoir faire l’objet de plusieurs qualifications pénales. Il est, au surplus, admis depuis l’affaire des stérilisés de Bordeaux que le consentement de la victime n’est pas un fait justificatif des coups et blessures volontaires qu’on lui inflige. On ne peut donc valablement donner son accord à des violences dommageables exercées sur sa personne.

Le principe souffre cependant d’exceptions importantes (piercing, chirurgie, etc.) Depuis l’arrêt de la CEDH du 17 février 2005, la même solution s’impose pour les pratiques sado-masochistes en dépit de la résistance de certaines juridictions. Tout dépend de la valeur du consentement de celui qui joue le rôle de l’esclave. En cas de litige sur son existence, et en l’absence de demande d’interruption de la séance, on peut admettre qu’il est présumé quelque soit les pratiques SM en cause. La preuve contraire est bien entendue possible et peut se déduire de la gravité des blessures infligées. Ainsi, on peut vouloir être fouetté par son maître ou sa maîtresse sans pour autant vouloir être hospitalisé ou couvert de cicatrices.

En définitive, le sadomasochisme n’est tolérable que s’il reste un jeu sexuel fondé sur la recherche du plaisir par la souffrance acceptée sous condition d’être légère et passagère. Il n’est pas toléré par la société que le jeu se termine par des blessures on incapacités diverses qui restent punissables dans les conditions du droit commun.".

Je me permets de rappeler que dans le bdsm , il existe des pratiques dangereuses dites " d'étouffement maîtrisé " et autres . A tel point qu' a du être mis en place entre " le maître et sa soumise" un moyen de communiquer par signe par ex., si la parole n'est pas possible ( partenaire baillonné ) et que la situation pour celui qui subit n'est plus tenable ou devient dangereuse . Mais comment sait-on quand on a le cou serré ou la tête dans un sac plastique le moment précis où l'on va perdre connaissance et à quel moment perd-on sa capacité à réagir par défaut d'oxygénation du cerveau?
Il y a eu de graves accidents .
Il ne faut pas voir le bdsm qu'avec des menottes roses en fourrure !
Mais le pire - à mon avis - c'est le sens que prend la notion de relation de couple quand on vient à s'adonner à ces pratiques .
Je ne me vois pas dire : " Chéri , au dîner tu préfères un steack ou du jambon ?" et deux heures après, ,me faire passer des aiguilles sous la peau dans le dos comme on épingle un ourlet ( j'en ai compté 18 sur la photo ) pour ensuite passer un ruban autour , l'ensemble simulant un laçage de corset et après, me faire emmener faire pipi en laisse .!Je passe sur la suite......
Je ne peux pas écrire que c'est du vécu , mais c'est du vu en photo en situation .( non simulée à situation ).
Faut avoir la cafetière qui chauffe pour se prêter à ça, non?
Mais le pire , je crois, ce sont les conséquences sur une famille quand ça tourne mal et que les deux ne sont pas ( ou plus ) à l'unisson, ce qui arrive dans la majorité des cas dans ce contexte .
Car les adeptes ne sont pas que des célibataires sans enfants !
Je ne reviendrai plus sur ce sujet sur les forums .
Nous sommes dans une période où la parole se libère et c'est tant mieux . Mais je ne suis pas venue sur ce site pour vous accabler avec mon vécu . Donc , je n'aborderai plus ce sujet ici .
C'est mon dernier message de la journée ( le 3éme ) .
Pardon à l'initiatrice du sujet ( honte ou pudeur ) pour avoir dévié de la nudité qu'elle souhaitait évoquer
Sourires à tout le monde et je vous souhaite une bonne soirée . D'Halloween ou pas suivant vos goûts .
A bientôt .
cron