restloc a écrit : Alors, on développe et on se fait flinguer par les tenantes de la pensée correcte ou bien on reste peinard bien au chaud derrière son écran ? :mrgreen:


De temps en temps, rien ne vaut une petite sieste ;)
Et bien moi, je vais répondre! viviane a lancé un sujet, certes pointu, mais qui aurait pu etre sujet d'echanges, ai moi meme dit que certaines choses etaient nebuleuses pour moi, car je n'ai pas toutes les connaissances pour tout comprendre. je suis persuadée que d'autres personnes auraient pu se joindre aux débats, si on admettait tous de dire: 'je ne sais pas, explique moi'
Et vous avez débarqué avec vos gros mots, issus de philosophie,vos disputes entre vous, et de ce fait, je n'ai plus envie de parler, d'echanger, de demander des explications, de peur que l'on me mette plus bas que terre!
je voudrais vous citer deux exemples:
a chaque fois que Pierre Gilles de Gennes (prix nobel, quand meme!) a parlé, je l'ai compris! et à chaque fois que je me brosse les dents, je pense a lui! il a explique la transformation des molécules par l'exemple du dentifrice passé sous l'eau!
Hubert Reeves a mis le ciel à ma portée
cela s'appelle la vulgarisation: ne jamais renier ses connaissances et son savoir, mais savoir les transmettre
il faut une certaine dose d'humilité pour ça, et ma foi, du savoir faire............................................
restloc a écrit :  La ligne droite est le plus court chemin entre deux point alors qu'une ligne droite tracée sur un sphéroïde comme la terre se nomme une loxodromie. Quant à l'infini, de la notion d''infini "réel" au concept d'infini "utile" en passant par la "réalité potentielle" de l'infini, il y en a pour tous les goûts et surtout tous les usages.


Le plus court chemin entre deux points, sur Terre, c'est à dire l'équivalent de la ligne droite, est une géodésique, c'est à dire une portion de "grand cercle".
Les loxodromies, elles, sont des courbes autres, et ne sont pas l'équivalent des lignes droites.
 
Quant à l'infini, je parlais des infinis mathématiques, car je suis une matheuse, à l'origine.
Et les infinis mathématiques sont des quantités qui "dénombrent" (abus de langage, car l'infini du dénombrable, aleph 0, n'est qu'une de ces quantités).

Je vous dirai ça de façon plus simple, si vous le voulez.
francoise57 a écrit : Et bien moi, je vais répondre! viviane a lancé un sujet, certes pointu, mais qui aurait pu etre sujet d'echanges, ai moi meme dit que certaines choses etaient nebuleuses pour moi, car je n'ai pas toutes les connaissances pour tout comprendre. je suis persuadée que d'autres personnes auraient pu se joindre aux débats, si on admettait tous de dire: 'je ne sais pas, explique moi'
Et vous avez débarqué avec vos gros mots, issus de philosophie,vos disputes entre vous, et de ce fait, je n'ai plus envie de parler, d'echanger, de demander des explications, de peur que l'on me mette plus bas que terre!
je voudrais vous citer deux exemples:
a chaque fois que Pierre Gilles de Gennes (prix nobel, quand meme!) a parlé, je l'ai compris! et à chaque fois que je me brosse les dents, je pense a lui! il a explique la transformation des molécules par l'exemple du dentifrice passé sous l'eau!
Hubert Reeves a mis le ciel à ma portée
cela s'appelle la vulgarisation: ne jamais renier ses connaissances et son savoir, mais savoir les transmettre
il faut une certaine dose d'humilité pour ça, et ma foi, du savoir faire............................................


Tu as parfaitement raison, Françoise, et pardonne-moi d'avoir dit des gros mots, mais c'était juste pour répondre sur le même ton.

Tu as raison, on peut dire les choses beaucoup plus simplement.

Il est tard, je fatigue, mais je reviendrai demain et je reprendrai en termes plus conviviaux.

Tu pourras toujours me demander des explications, et jamais je ne te me mettrai plus bas que terre.
Car je sais que, à ton tour, sur des sujets dont j'ignore tout, tu pourrais bien en faire autant pour moi.

Ne te sauve pas Françoise, parce que ce serait vraiment dommage. On a tout à gagner à accueillir la curiosité.
Merci, Viviane, mais crois le bien ce n'était pas toi que je visais............................ je me sens mal depuis que j'ai écrit ce message, car, oui, je suis curieuse, mais j'ai besoin qu'on m'explique!!!! je lis, mais il y a des notions qui m'échappent! quelquefois, il suffit de me faire comprendre la charnière pour que la suite soit simple!!!! et cette histoire de big bang m'a montré que je ne comprends pas: je comprends l'expansion de l'univers, je comprends les mouvements de galaxies, je comprends les fusions et absorptions de galaxies, je ne comprends pas ce qu'est l'anti matière, et je ne comprends pas comment on a pu détecter une onde qui date de milliards d'années. Y a du boulot, hein? :(
francoise57 a écrit : (...) vous avez débarqué avec vos gros mots, issus de philosophie,vos disputes entre vous, et de ce fait, je n'ai plus envie de parler, d'echanger, de demander des explications, de peur que l'on me mette plus bas que terre! (...)


Chère Françoise, la haine t'aveugle et tes propos qui se veulent blessants sont ridicules.
C'est Philémon qui avait raison, j'ai bien fait de faire une petite sieste.
viviane08 a écrit : Le plus court chemin entre deux points, sur Terre, c'est à dire l'équivalent de la ligne droite, est une géodésique, c'est à dire une portion de "grand cercle". Les loxodromies, elles, sont des courbes autres, et ne sont pas l'équivalent des lignes droites.
 
Quant à l'infini, je parlais des infinis mathématiques, car je suis une matheuse, à l'origine.
Et les infinis mathématiques sont des quantités qui "dénombrent" (abus de langage, car l'infini du dénombrable, aleph 0, n'est qu'une de ces quantités).


La géodésique est à l'origine la science des mesures terrestres (crois-je) aussi je pense que tu évoques ici la transposition mathématique de cette sciences aux espaces courbes ( :?: ). Pour le reste, une loxodromie est le plus court chemin d'un point à un autre sur une sphère et pour être complet l'orthodromie le plus court sur une carte Mercator mais plus long qu'une loxodromie..

Quand on parle d'infini(s) il faut savoir duquel on parle, c'est ce que j'ai essayé de dire (crois-je).

Maintenant je laisse le dernier mot à la matheuse, moi je vais faire une tite sieste :wink:
restloc a écrit :
francoise57 a écrit : (...) vous avez débarqué avec vos gros mots, issus de philosophie,vos disputes entre vous, et de ce fait, je n'ai plus envie de parler, d'echanger, de demander des explications, de peur que l'on me mette plus bas que terre! (...)


Chère Françoise, la haine t'aveugle et tes propos qui se veulent blessants sont ridicules.
C'est Philémon qui avait raison, j'ai bien fait de faire une petite sieste.


Haineuse, moi? non certainement pas! mais certainement un peu en colère... mais tu as gagné, je me retire...
restloc a écrit :
francoise57 a écrit : (...) vous avez débarqué avec vos gros mots, issus de philosophie,vos disputes entre vous, et de ce fait, je n'ai plus envie de parler, d'echanger, de demander des explications, de peur que l'on me mette plus bas que terre! (...)


Chère Françoise, la haine t'aveugle et tes propos qui se veulent blessants sont ridicules.
C'est Philémon qui avait raison, j'ai bien fait de faire une petite sieste.


Où vois-tu de la haine dans cette réponse, Restloc ? Et où vois-tu des propos blessants (ou ridicules) ?
Je n'y vois, moi, qu'un regret, qu'un sentiment d'exclusion. Et beaucoup de tristesse.

Les "gros mots", ce n'est qu'une façon de dire que ce ne sont pas les mots savants qui rapprochent, mais le partage et la compréhension.

Tu as sûrement beaucoup à nous faire partager, Restloc. Alors dis, explique, trouve des manières de nous rendre tes passions attrayantes et pas effrayantes.

La connaissance est belle quand on l'offre avec générosité.
restloc a écrit :
viviane08 a écrit : Le plus court chemin entre deux points, sur Terre, c'est à dire l'équivalent de la ligne droite, est une géodésique, c'est à dire une portion de "grand cercle". Les loxodromies, elles, sont des courbes autres, et ne sont pas l'équivalent des lignes droites.
 
Quant à l'infini, je parlais des infinis mathématiques, car je suis une matheuse, à l'origine.
Et les infinis mathématiques sont des quantités qui "dénombrent" (abus de langage, car l'infini du dénombrable, aleph 0, n'est qu'une de ces quantités).


La géodésique est à l'origine la science des mesures terrestres (crois-je) aussi je pense que tu évoques ici la transposition mathématique de cette sciences aux espaces courbes ( :?: ). Pour le reste, une loxodromie est le plus court chemin d'un point à un autre sur une sphère et pour être complet l'orthodromie le plus court sur une carte Mercator mais plus long qu'une loxodromie..

Quand on parle d'infini(s) il faut savoir duquel on parle, c'est ce que j'ai essayé de dire (crois-je).

Maintenant je laisse le dernier mot à la matheuse, moi je vais faire une tite sieste :wink:


"Une route loxodromique est représentée sur une carte marine ou aéronautique en projection de Mercator par une ligne droite mais ne représente pas la distance la plus courte entre deux points. En effet, la route la plus courte, appelée route orthodromique ou orthodromie, est un grand cercle de la sphère."

Et nous parlons ici de déplacements sur une sphère, et non pas sur une carte qui n'en est qu'un projection déformée.
 PS : "grand cercle" est quand même plus sympa qu' "orthodromie", non ?
rePS : un "grand cercle" de la Terre est un cercle dont le diamètre est maximal, exemple : un cercle qui passerait par les deux pôles.
La géodésique est, en effet, à l'origine la science des mesures. La géodésique était donc une science mathématique. 
Mais une géodésique, au sens actuel, est une courbe. Et c'est absolument, et indubitablement le plus court chemin entre deux points sur un espace courbe. Ce n'est pas une transposition, mais une généralisation de la science des mesures d'autrefois.

On a aussi généralisé la notion de "plus court" en "de moindre énergie".
Car si je dois aller d'ici à là, et qu'en ligne droite, je dois franchir une montagne pour cela, il est "plus court" de la contourner, même si cela me fait faire un énorme détour.

Et alors, là où ça devient passionnant, c'est qu'on croit que la lumière se propage partout et toujours en ligne droite, et qu'au pire, s'il y a un obstacle, elle rebondit.
Pas du tout !
La lumière emprunte parfois, pour se déplacer, des lignes courbes. A cause des corps très massifs (les étoiles) qui la font dévier.
Quoi ? Quoi ? La lumière subit donc les lois d'attraction ? Mais elle n'a pas de masse, m'a-t-on appris !  
Certes, mais, elle aussi, suit les géodésiques de l'espace. En quelque sorte, l'espace est déformé par les corps hyper massifs. Un peu comme une toile qui se déformerait si on jetait dessus des masses de plomb. Alors un petit vélo qui roulerait sur la toile aurait un parcours en creux et bosses.

Et puis, il y a les trous noirs, mais ça, c'est une autre histoire. gardons-en pour plus tard. 

Pour finir, eh oui ! Il faut savoir de quel infini on parle. Et il existe des mathématiques où les infinis sont des nombres, eux aussi. Ils sont fous ces mathématiciens ! 
@viviane........... juste merci, un merci pour avoir compris ce que je voulais dire. je ne te cacherai pas que lorsque j'ai lu ton message, les larmes ont surgi, je m'étais tellement sentie humiliée! je regrette qu'on ne puisse pas parler sciences "vulgarisée', car j'aimerais avancer, avancer, avancer, et connaitre, et apprendre....................
oh, je viens de lire ton écrit!
le nombre infini........................................
francoise57 a écrit : Merci, Viviane, mais crois le bien ce n'était pas toi que je visais............................ je me sens mal depuis que j'ai écrit ce message, car, oui, je suis curieuse, mais j'ai besoin qu'on m'explique!!!! je lis, mais il y a des notions qui m'échappent! quelquefois, il suffit de me faire comprendre la charnière pour que la suite soit simple!!!! et cette histoire de big bang m'a montré que je ne comprends pas: je comprends l'expansion de l'univers, je comprends les mouvements de galaxies, je comprends les fusions et absorptions de galaxies, je ne comprends pas ce qu'est l'anti matière, et je ne comprends pas comment on a pu détecter une onde qui date de milliards d'années. Y a du boulot, hein? :(


Ne te retire pas, Françoise ! Surtout pas !

L'antimatière, lorsqu'on la met en contact avec la matière, provoque une annihilation totale. L'ensemble se transforme en énergie pure.
Au départ, c'était une construction de l'imagination. On s'est dit, comment devrait être une particule, qui en annihilerait une autre ? Elles devraient avoir des propriétés contraires.
Les antiparticules sont extrêmement rares (car elle s'annihilent aussitôt en rencontrant leurs particules adverses), et dieu sait qu'il y en a, des particules !
Mais on a parfois la chance d'en "observer", pendant de brefs instants. Observer, façon de parler, on ne peut pas les voir, on ne peut en voir que les effets : la fameuse annihilation, productrice d'une énorme énergie.
  
Pour ta seconde question, cette fameuse onde qui date de milliards d'années a continué à se propager, dans un espace quasi vide, finalement, même s'il y a des milliards d'étoiles. Et elle continue, et on la détecte, car elle a des propriétés qui n'appartiennent qu'à elle. Notamment sa polarisation.
C'est quoi, la polarisation ?
Gardons-en pour demain. Tu viendras voir, dis, Françoise ?
Expliquer est ma passion. Et quand je vois que j'ai su faire comprendre, c'est un bonheur.
explique moi la polarisation qui est a l'origine....
francoise57 a écrit : @viviane........... juste merci, un merci pour avoir compris ce que je voulais dire. je ne te cacherai pas que lorsque j'ai lu ton message, les larmes ont surgi, je m'étais tellement sentie humiliée! je regrette qu'on ne puisse pas parler sciences "vulgarisée', car j'aimerais avancer, avancer, avancer, et connaitre, et apprendre....................
oh, je viens de lire ton écrit!
le nombre infini........................................


J'ai été prof, vois-tu.
Et j'ai adoré ces regards affamés de savoir, car il y en avait, et c'était un bonheur.
Alors tu penses bien que je n'allais pas les humilier, bien au contraire, je voulais préserver la flamme dans leurs yeux.
Je leur disais ;
"il n'y a pas de question idiote, il n'y a que des idiots qui ne posent jamais de question".
Alors vas-y Françoise.

L'infini comme nombre, c'est parce qu'on a inventé des mathématiques pour aller plus loin, pour explorer des domaines vierges. Des mathématiques, comme l'analyse non standard (horriblement compliquée :-(, qui a créé des notions en-dehors des normes, des standards, comme les nombres infinis, ou des mathématiques comme les géométries non euclidiennes, où les parallèles ont des comportements bizarres.

Les mathématiques, dit-on, provoquent des souffrances chez certains enfants, l'humiliation que tu as exprimée. C'est quand on ne sait pas les rendre humaines. Et elles peuvent l'être, si si.
francoise57 a écrit : explique moi la polarisation qui est a l'origine....


Juste quelques mots pour ce soir :
Le big bang a créé une onde de choc faramineuse. La lumière s'est expulsée de là-dedans violemment.
Barrons-nous de là, ça chauffe ! A-t-elle dit.

Et la lumière, c'est une onde (en même temps que des "grains" de lumière). Ca ondule comme la surface de la mer, qui est aussi parcourue d'ondes.
Et ces ondes (celles de la lumière, pas celles de l'eau, y en a pas dans l'espace) ont été déformées d'une certaine façon par l'énergie énorme qui a résulté de l'explosion.

Et cette déformation est très caractéristique, disent les astronomes, et on peut la reconnaître quand on voit une chtite onde qui passe en se dandinant. Elle a un côté traviole bien reconnaissable, même si elle le cache pour faire comme les copines  :D
cron